Lundi 10 décembre 2018 | Dernière mise à jour 11:13

Athlétisme Lea Sprunger: «On m'a enlevé quelque chose»

La Vaudoise revient sur sa disqualification lors du 400 m des Mondiaux en salle de Birmingham.

Lea Sprunger.

Lea Sprunger. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lea Sprunger ne baisse pas les bras après l'«injustice» ressentie suite à sa disqualification en demi-finale du 400 m des Mondiaux en salle de Birmingham. «Je vais retourner à l'entraînement pour démontrer qu'on m'a bien volé quelque chose ce jour-là.»

La Vaudoise est une victime de marque du zèle des préposés à la vidéo de ces Mondiaux: pas moins de 23 athlètes ont été disqualifiés les trois premiers jours de compétition (un record), essentiellement sur 400 m et 800 m, le plus souvent pour des fautes minimes qui n'ont gêné aucun concurrent. Des vidéos circulent sur le net, où l'on voit des athlètes empiéter de quelques millimètres sur la ligne d'un couloir voisin, juste un peu trop tôt, avant qu'ils soient autorisés à se rabattre à la corde.

C'est propre à la salle et cela est interdit, mais l'application stricte du règlement, après consultation systématique de la vidéo et sans qu'il y ait eu préalablement la moindre réclamation ni le moindre constat à l'oeil nu, suscite une incompréhension quasi générale. Le sommet a été atteint par la disqualification de l'Espagnol Oscar Husillos après qu'il eut gagné le 400 m en 44''92, record d'Europe, et effectué un tour d'honneur... Le public n'a rien compris.

«C'est dur à accepter»

«Cela me fait très mal pour tous ces athlètes et pour moi. Il faut que l'IAAF (la Fédération internationale) fasse quelque chose. La communauté s'active sur les réseaux sociaux», relève Lea Sprunger.

«Toujours à Birmingham, aux Mondiaux 2003, il y avait déjà eu un record de disqualifications (une dizaine)», poursuit-elle. «Il y a le règlement, certes, mais c'est dur à accepter car il s'agissait de ma part d'une micro-faute pas visible à l'oeil nu. Seul le ralenti a permis de la voir. Je n'en ai retiré aucun avantage et gêné personne. Cette occasion de refaire une médaille (aux Mondiaux indoor) ne se représentera peut-être pas. On m'a enlevé quelque chose que personne ne pourra me rendre. Mais je repars à l'entraînement car je n'ai pas le sentiment, cette fois, d'avoir commis la moindre faute. Ni mon entraîneur (Laurent Meuwly) ni moi-même n'avons à nous remettre en question.»

Rien ne dit bien sûr que sans sa disqualification - pour avoir empiété de quelques millimètres sur une ligne, en sortie d'un virage très incliné -, Lea Sprunger aurait remporté une médaille. Mais elle avait franchi l'arrivée de sa demi-finale assez nettement devant la Britannique Eilidh Doyle. Or, celle-ci a été repêchée après la disqualification de la Vaudoise et a décroché la médaille de bronze en finale... (ats/nxp)

Créé: 04.03.2018, 11h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.