Lundi 20 août 2018 | Dernière mise à jour 11:00

Athlétisme Un modèle de résilience

Découvrez le regard de notre journaliste qui suit les championnats d'Europe de Berlin.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Plusieurs fois, Lea Sprunger s'est demandé si elle devait tout arrêter, si ce sport était vraiment fait pour elle, si tous ces efforts en valaient la peine. Hier à Berlin, quand on l'a vu filer vers le titre de championne d'Europe, ces questions semblaient soudain absurdes mais elles font parties du chemin.

Car les doutes ont été nombreux pour la Vaudoise depuis ses débuts sur 400m haies en 2015. Il y a eu la désillusion des Jeux de Rio, la panne de Belgrade (sur 400m plat en salle) et la disqualification pour un pied sur la ligne à Birmingham (sur 400m plat aussi).

Sprunger aurait pu baisser les bras mais à chaque fois, elle est revenue un peu plus forte sur la piste, et un peu plus sûr d'elle dans la tête. Ces échecs l'ont construite. Alors, bien sûr, il a fallu surmonter des périodes difficiles, prendre le temps de digérer, écouter les mots de son entraîneur Laurent Meuwly pour se convaincre que le projet avait de l'avenir.

Grâce à ses capacités athlétiques au-dessus de la moyenne, ses efforts à l'entraînement et surtout sa capacité à surmonter les événements négatifs, Lea Sprunger a fini par remporter l'or européen à Berlin. Un modèle de résilience. (nxp)

Créé: 11.08.2018, 00h33

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters