Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 08:34

Athlétisme Eliud Kipchoge: «Je suis prêt à écrire l'histoire»

Le coureur kényan tentera, samedi à Vienne, de devenir le premier homme à courir le marathon en moins de 2 heures.

Le Kényan Eliud Kipchoge pose avec ses 41 lièvres. Parmi eux, le Genevois Julien Wanders (2e rang, 2e depuis la dr.).

Le Kényan Eliud Kipchoge pose avec ses 41 lièvres. Parmi eux, le Genevois Julien Wanders (2e rang, 2e depuis la dr.). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le coureur kényan Eliud Kipchoge (34 ans) est, selon ses termes, «prêt à écrire l'histoire». Il l'a répété à l'envi ce jeudi, à l'occasion d'une conférence de presse tenue à Vienne à deux jours de sa tentative historique de courir un marathon en moins de deux heures.

Car la date est arrêtée: c'est bien samedi que Kipchoge, qui avait échoué pour 25 secondes en 2017 sur le circuit automobile de Monza (Italie), effectuera une nouvelle tentative dans l'immense parc du Prater. L'heure de départ sera confirmée vendredi (ce pourrait être 5 heures du matin).

Organisatrice du projet, la firme Ineos - la société pétrochimique basée à Rolle et déjà propriétaire des clubs de football de Lausanne-Sport et de l'OGC Nice, de même que de l'ancienne équipe cycliste Sky -, a tout fait pour que Kipchoge puisse franchir cette barrière symbolique de 2 heures. C'est ainsi que 41 lièvres, représentant 55 médailles olympiques ou mondiales, lui ouvriront successivement le chemin. Parmi eux, le Genevois Julien Wanders. «Je connais mes lièvres, a dit Kipchoge. Ce sont des sportifs de haut niveau. J'ai parlé à chacun d'eux, je sais que tout se passera bien.»

Toute la détermination d'Eliud Kipchoge dans son regard. Image: Keystone.

Le Kényan avoue une confiance sans faille: «Mon expérience de 2017 va me profiter cette année. Je sais que je vais battre ce record.» Un journaliste lui a quand même demandé s'il avait une vague crainte, de mal dormir ou mal digérer par exemple. Kipchoge a balayé la question: «Dans le monde qui est le nôtre, on ne peut jamais être sûr de tout à 100%. Mais je vais vous prouver samedi que je suis prêt et que je réussirai. Venez, vous verrez!»

Kipchoge a ensuite dit qu'il avait choisi Vienne «parce que c'est une ville qui aime le sport, que le parcours se situe dans un parc et dans la nature, qu'il est plat et rapide. Je m'y suis senti très à l'aise ces derniers jours.»

«Je ne cours pas pour l'argent»

Une journaliste lui a rappelé que le prize-money de sa première tentative était de 1 million de dollars et lui a demandé ce qu'il en était cette fois. Là encore, Kipchoge a été ferme: «Je cours pour faire exploser une barrière, pour montrer qu'aucun être humain n'a de limites (ndlr: le slogan de cette opération «Ineos 1:59» est «No human is limited»). Je ne cours pas pour l'argent, je cours pour montrer aux gens que rien n'est impossible. Si je réussis, et je réussirai, je ne laisserai pas seulement un héritage au sport, je laisserai un héritage à la planète entière. C'est cela qui me fait courir et qui me motive.»

Dàjà détenteur du vrai record du monde du marathon (2h01'39'' en 2018 à Berlin), Kipchoge ne veut pas comparer les deux records. «Parce qu'on ne parle pas de la même chose. Un record en course, c'est une chose. Tout mettre en œuvre pour franchir la barre des 2 heures, c'en est une autre.» Raison pour laquelle le temps que réalisera Kipchoge samedi ne sera pas considéré comme record du monde officiel, qu'il franchisse la barrière des 2 heures ou non.

Renaud Tschoumy

Créé: 10.10.2019, 13h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.