Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:28

Athlétisme Quatre ans de suspension pour une championne olympique

La Kenyane Jemima Sumgnong avait été contrôlée positive à l'EPO.

Jemima Sumgong a été contrôlée positive à l'EPO.

Jemima Sumgong a été contrôlée positive à l'EPO. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Kényane Jemima Sumgong, première championne olympique de marathon de l'histoire de son pays en 2016 à Rio, a été condamnée à quatre ans de suspension pour un contrôle positif à l'EPO.

«Sumgong sera suspendue pour quatre ans à compter du 3 avril 2017, date à laquelle elle avait été provisoirement suspendue», a indiqué la Fédération kényane (AK) dans un communiqué. Sumgong, 32 ans, avait été contrôlée positive à l'EPO lors d'un test pratiqué hors-compétition.

Sumgong avait déjà connu les affres d'une suspension de deux ans pour dopage - ramenée à un an en appel - en 2012, cette fois pour prise de Prednisolone, un stéroïde interdit. Elle avait alors affirmé qu'il provenait d'une injection destinée à soigner un problème de hanche.

L'athlète, une des meilleures marathoniennes au monde, est une ancienne partenaire d'entraînement de la Kényane Rita Jeptoo, ex-reine de la discipline, elle-même tombée pour dopage en 2014.

Elle avait d'être suivie par des médecins

A Rio, Sumgong avait notamment devancé la championne du monde en titre, l'Ethiopienne Mare Dibaba (3e), pour devenir la première Kényane à remporter l'or olympique sur la distance.

Sumgong faisait partie des athlètes qui s'étaient réjouis du suivi médical mis en place au début de l'année au Kenya, une mesure destinée à lutter contre le dopage dans un pays frappé de plein fouet par ce fléau.

Elle avait ainsi accepté d'être suivie par plusieurs médecins désignés par AK et la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Cette initiative avait été lancée à la suite d'un reportage de la chaîne de télévision allemande ARD appuyée par un article du Sunday Times en juillet, affirmant que le dopage était monnaie courante au sein du centre d'entraînement de l'élite kényane à Iten.

Le patron de la fédération kényane, Jackson Tuwei, avait prévenu à l'époque qu'un athlète qui ne participerait pas à ce programme ne pourrait être aligné lors des compétitions internationales. (ats/Le Matin)

Créé: 07.11.2017, 16h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.