Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:53

Gymnastique Cette fois, «SuperBiles» est seule au monde

Titrée à la poutre et au sol dimanche à Stuttgart, l’Américaine a conquis ses 24e et 25 médailles mondiales.

Simone Biles a dépassé la légende Vitaly Scherbo.

Simone Biles a dépassé la légende Vitaly Scherbo. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette fois, Simone Biles est seule au monde : l'irrésistible championne s'est emparée seule du record de médailles mondiales en s'offrant ses 24e et 25e, les deux en or, dimanche à Stuttgart (Allemagne). La voilà sur orbite pour les JO 2020.

La veille, l'Américaine de 22 ans avait égalé le record établi par la légende bélarusse Vitaly Scherbo (23) dans les années 1990 en s'imposant au saut. Il lui a fallu moins de 24 heures pour le dépasser et même s'échapper. En moins de deux heures, la petite bombe texane a survolé les finales de la poutre et du sol dimanche. Et c'est assez rare pour être souligné: c'est de manière démonstrative qu'elle a accueilli son premier sacre de l'après-midi, sourire éclatant et poing jeté en l'air, avant de tomber dans les bras de son entraîneur français Laurent Landi.

Dans le détail, la quadruple championne olympique en titre est désormais à la tête d'une collection de 19 médailles d'or mondiales, trois en argent et trois en bronze. Sur les agrès allemands, Biles n'a eu de cesse d'enrichir le record de médailles d'or mondiales qu'elle détient depuis 2018. Jamais un ou une gymnaste, avant elle, n'en avait conquis plus de douze.

Jamais, non plus, elle n'avait glané autant d'or - cinq titres en l'occurrence (sur six possibles) - en un seul rendez-vous mondial. Jusque-là, elle avait culminé à quatre, à trois reprises (2014, 2015 et 2018). Outre le sol, la poutre et le saut, Biles a dominé le concours général et celui par équipe, avec ses coéquipières américaines plus tôt dans la semaine.

Cinq couronnes sur six

Seules les barres asymétriques, le seul agrès dont elle n'a jamais été sacrée championne du monde, lui ont résisté une fois de plus : elle ne s'est classée «que» cinquième de la finale samedi. Cette razzia dorée la met idéalement sur orbite à neuf mois des JO-2020, où elle pourrait tirer sa révérence, à 23 ans. S'il fallait encore en rajouter, rappelons qu'elle était devenue jeudi la première gymnaste de l'histoire quintuple championne du monde du concours général. Seul le Japonais Kohei Uchimura a fait mieux, avec six titres mondiaux, côté messieurs.

A la poutre dimanche, Biles s'est imposée avec une excellente note de 15,066, devant deux Chinoises, Liu Tingting (14,433) et Li Shijia (14,300). Au sol, Biles était la dernière des huit finalistes à s'élancer. Avec un score de 15,133, elle a devancé sa compatriote Sunisa Lee (14,133) et la Russe Angelina Melnikova (14,066). Et quelle plus belle conclusion qu'une ultime représentation du «Biles II», son hallucinante acrobatie au sol, précisément un double salto avec une triple vrille, pouvait-elle offrir?

(AFP/nxp)

Créé: 13.10.2019, 16h27

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.