Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 22:16

Automobilisme Sébastien Buemi entre au Hall of Fame de la FIA

Le Vaudois a fait son entrée dans le Temple de la renommée pour ses résultats en endurance.

Une sensation incroyable pour Sébastien Buemi, lundi à Paris.

Une sensation incroyable pour Sébastien Buemi, lundi à Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sébastien Buemi en tête, 29 champions du monde d'endurance (WEC et ex-WSC) ont fait leur entrée au Hall of Fame (Temple de la renommée) de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) lors d'une cérémonie réunissant les plus grands noms de la catégorie à Paris lundi.

Buemi, deux fois vainqueur des 24 heures du Mans et deux fois champion du monde d'endurance, et ces pilotes rejoignent les 33 champions du monde de l'histoire de la Formule 1 et les 17 sacrés en rallye (WRC) qui ont été intronisés dans ce panthéon du sport automobile depuis son inauguration par la FIA, il y a deux ans dans son siège parisien place de la Concorde, au pied des Champs-Elysées.

«Une sensation incroyable»

Pour Sébastien Buemi, cet honneur est l'aboutissement d'un travail de longue haleine: «J'étais là dès le début, en 2012, avec la Toyota Hybrid. Quand vous traversez des moments difficiles et que finalement vous y arrivez, c'est une sensation incroyable», a déclaré le pilote de 31 ans au moment de recevoir son diplôme.

Parmi les 27 «hall of famers» présents, Fernando Alonso, coéquipier de Buemi chez Toyota, déjà intronisé en F1 mais donc aussi en endurance, a déclaré: «Je suis très heureux, très fier d'être ici, a-t-il insisté. Je pense que ce «Hall of Fame» fait beaucoup pour l'héritage du sport automobile, pour les jeunes générations», a salué le double champion du monde de F1 (2005 et 2006), espérant inspirer d'autres à «suivre sa voie» et «essayer d'être un bon pilote dans toutes les catégories».

Jacky Ickx aussi

«Il y a toutes les générations, les jeunes, les anciens. On fait tous partie de la même corporation, du même clan», a souligné Jacky Ickx, sextuple vainqueur des 24 Heures du Mans entre 1969 et 1982. «Et ça, ce sont des moments privilégiés. On voit des gens de notre époque, des nouveaux... ça nous permet vraiment d'être ensemble.»

Tom Kristensen, qui a détrôné le Belge en portant à neuf le record de victoires au Mans en 2013, partage le même avis: «C'est formidable d'être aux côtés de champions plus anciens et de pouvoir les saluer, ceux qui m'ont inspiré quand j'ai grandi et que je faisais du karting», a-t-il appuyé.

Créé: 03.12.2019, 09h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.