Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 16:57

Beachvolley «Je me sentais toute rouillée»

Anouk Vergé-Dépré et les meilleures joueuses suisses ont repris les entraînements dans le sable après deux mois de pause forcée.

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré (à droite) ont enfin pu recommencer à s'entraîner dans le sable après deux mois de pause.

Joana Heidrich et Anouk Vergé-Dépré (à droite) ont enfin pu recommencer à s'entraîner dans le sable après deux mois de pause. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les deux meilleures équipes du pays, le duo formé par la Bernoise Anouk Vergé-Dépré et la Zurichoise Joana Heidrich ainsi que la paire Nina Betschart/Tanja Hüberli, ont enfin retrouvé leur élément dans le sable du centre national d’entraînement à Berne. Une reprise en douceur après deux mois de pause forcée, pandémie de coronavirus oblige.

«Je me suis sentie toute rouillée, rigole Anouk Vergé-Dépré. C’était cool de revoir ma coéquipière ainsi que les autres membres du Team Suisse. Question beachvolley par contre, nous n’avons pas vraiment eu de plaisir car le feeling avec un ballon, après tout ce temps, avait disparu. Je m’y attendais un peu après deux mois passés à la maison.» Si les entraînements en groupes plus larges, notamment pour les sportives et sportifs d’élite, est autorisée depuis lundi 11 mai, des mesures d’hygiène et de sécurité doivent être respectées. «On évite bien sûr les contacts. On ne s’est par exemple pas fait la bise en se revoyant, explique la Bernoise. C’est un peu bizarre, mais nous respectons toutes les consignes.»

Les joueuses suisses vont ainsi reprendre leurs bonnes habitudes en réduisant quelque peu la voilure en termes de charge d’entraînement au cours des prochaines semaines. Histoire, aussi, d’éviter les blessures. «Nous avons un programme d’entraînement réduit (ndlr: 10 séances par semaine, y compris la condition physique), fait remarquer Anouk Vergé-Dépré. Il faut se donner le temps de retrouver nos sensations et réhabituer nos corps à l’effort dans le sable, où les déplacements, les sauts et la coordination est complètement différente.»

Un planning très flou

Tandis que les compétitions ont été annulées partout dans le monde jusqu’à cet automne et que le flou règne encore quant à la tenue de tournois internationaux en 2020, les Suisses peuvent prendre le temps de se remettre à niveau graduellement. «Cette année, il risque de ne pas y avoir grand-chose au programme, regrette Anouk Vergé-Dépré. Nous attendons des nouvelles de la Fédération internationale. Le problème majeur, c’est le voyage des athlètes. Est-ce que tous seront en mesure de se déplacer pour participer à des tournois? Il faut aussi que tout le monde puisse se préparer correctement avant une éventuelle reprise des compétitions. C’est une question de fair-play.»

Sans tournois à l’agenda et avec des JO qui n’auront lieu qu’en 2021, les beachvolleyeuses suisses s’entraînent donc sans objectif à court terme, si ce n’est de retrouver la forme dans des délais raisonnables. «Sans but concret, c’est dur d’avoir la hargne, reconnaît Anouk Vergé-Dépré. Mais c’est aussi une opportunité pour travailler et améliorer quelques aspects techniques sur le plan individuel. Pour l’instant, cela fait du bien de retoucher le ballon.»

Cyrill Pasche

Créé: 13.05.2020, 11h36

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.