Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 08:48

Gymnastique Le coach qui terrorise le Mexique avait sévi en Suisse

Le Français Eric Demay a traumatisé une athlète mexicaine. Il avait fait pareil en Suisse. Ariella Kaeslin dénonce.

Eric Demay se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques.

Eric Demay se retrouve une nouvelle fois sous le feu des critiques. Image: gymnet.com

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est une vidéo, postée il y a quelques jours, qui a rappelé aux gymnastes suisses de mauvais souvenirs. On y voit l'entraîneur français Eric Demay, actuellement coordinateur technique de la Fédération mexicaine de gymnastique (avec son épouse et assistante Cécile), intimer un ordre à une gymnaste et lui interdire de mettre le pied au-delà d'une certaine limite. Une démonstration d'autorité gratuite qui s'est produite pendant les championnats du monde, qui se disputent actuellement à Stuttgart.

Mardi, la gymnaste mexicaine Elsa Garcia s'est également fendue d'un tweet où elle accuse l'entraîneur français et son épouse d'«agressions physiques, psychologiques et verbales». «Je (les) dénonce pour que de telles injustices ne se reproduisent plus», ajoute-t-elle en commentaire sur son post. Elle a précisé qu'elle avait été «mobbée» pendant ces Mondiaux et que son entraîneur l'avait «délibérément privée» de toute chance de se qualifier pour les Jeux de Tokyo.

Durant la nuit de mercredi à ce jeudi, Elsa Garcia est revenue à la charge: «Ce n'est pas la première fois. Voici une preuve des abus d'Eric et Cécile Demay envers d'autres gymnastes.» Et le lien de son post sur Twitter nous dirige vers une interview de... l'ancienne championne de gymnastique suisse Ariella Kaeslin!

Eric et Cécile Demay ont en effet travaillé pour la Fédération suisse de gymnastique. Ils en avaient été renvoyés en 2007, après que les leaders de la gym helvétique - à commencer par Ariella Kaeslin - avaient dénoncé le régime de «terreur psychologique» auquel elles étaient soumises, puis refusé de s'entraîner sous les ordres du couple Demay.

Championne d'Europe de saut de cheval et médaillée de bronze du concours complet lors des Européens de Milan, en 2009, Ariella Kaeslin avait évoqué la sombre période qu'elle avait traversée dans le livre qu'elle avait publié en 2015, intitulé «Leiden im Licht» («Souffrir dans la lumière»). «Avec lui (Demay), c'était: «Tu fais ça!», et il n'y avait pas de discussion.»

Contactée par notre confrère du «Tages Anzeiger» pour réagir aux nouvelles accusations de la gymnaste mexicaine Elsa Garcia, Ariella Kaeslin (qui aura 32 ans vendredi) n'a pas voulu en rajouter à propos d'Eric Demay: «J'ai déjà dit tout ce qu'il y avait à dire à son sujet, répond-elle. Mais je suis très préoccupée par les accusations d'Elsa. J'espère que les personnes responsables la prendront au sérieux.» Elle encourage la Mexicaine «à ne pas renoncer et à se défendre, comme nous l'avions fait à l'époque avec mes collègues».

Elle conclut en appelant la Fédération internationale et les Fédérations nationales à «s'investir davantage, de manière à ce que de tels incidents ne se reproduisent plus. Les athlètes étant extrêmement jeunes en gymnastique, cela peut conduire à un climat dans lequel les abus peuvent proliférer.»

C'était en octobre 2006, à l'occasion des championnats du monde de gymnastique à Aarhus (Danemark): le courant ne passait pas entre l'entraîneur Eric Demay (à g.) et Ariella Kaeslin). Image: Keystone.

Créé: 10.10.2019, 12h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.