Jeudi 14 novembre 2019 | Dernière mise à jour 02:22

Haltérophilie Une transgenre double médaillée aux Mondiaux

Laurel Hubbard s'est parée d'argent à deux reprises à Anaheim. Avant de concourir chez les femmes, il s'appelait Gavin Hubbard.

Laurel Hubbard a conquis deux médailles d'argent en Californie.

Laurel Hubbard a conquis deux médailles d'argent en Californie. Image: Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jusqu'en 2012, il s'appelait Gavin Hubbard. Depuis, elle est devenue Laurel Hubbard. La Néo-Zélandaise de 39 ans est devenue double médaillée d'argent mondiale ce mercredi, à Anaheim (Californie).

Première transgenre à être médaillée dans la discipline, Laurel Hubbard concourait chez les dames, en catégorie +90kg. Elle a terminé deuxième du combiné avec un total de 275kg. Elle a également fini sur la deuxième marche du podium à l'arraché (124kg).

Alors qu'il était encore un garçon, Gavin Hubbard avait établi trois records nationaux juniors. Il concourait alors chez les +105kg. C'est en 2012 qu'il a entamé les procédures nécessaires pour devenir Laurel.

Avant de pouvoir s'aligner chez les femmes aux Mondiaux d'Anaheim, Laurel Hubbard a dû faire la preuve que son niveau de testostérone était inférieur à un certain seuil, et cela pendant douze mois.

Et, forcément, ces médailles font jaser. «Vraiment triste pour la FEMME qui s'est défoncée et qui aurait dû être récompensée d'argent à la place de #LaurelHubbard», a ainsi tweeté un internaute.

Avant cette double médaille, Laurel Hubbard avait appris sa sélection dans l'équipe néo-zélandaise qui prendra part aux Jeux du Commonwealth, en avril prochain à Gold Coast (Australie). Le directeur de la Fédération australienne d'haltérophilie, Michael Keelan, avait alors fait part de sa désapprobation: «Nous sommes dans un sport de puissance qui est normalement lié à des tendances masculines, a-t-il dit. Vous avez les bonnes hormones, alors vous pouvez soulever des poids plus grands. Quand vous avez été un homme, que vous avez soulevé une certaine charge, et que subitement vous devenez une femme, psychologiquement, vous savez que c’est possible d’atteindre ce niveau.»

La Commission néo-zélandaise des droits de l'homme s'est, pour sa part, évidemment réjouie de cet exploit - c'est la première médaille mondiale d'haltérophilie remportée par la Nouvelle-Zélande. «Nous soutenons l'haltérophile transgenre Laurel Hubbard, première athlète transgenre à pouvoir participer aux Jeux du Commonwealth, a-t-elle communiqué. Elle a parfaitement répondu aux critères de sélection. Il n'existe aucune raison valable de l'exclure. Laurel est une femme, pas un homme déguisé en femme en quête de médailles ou de gloire.»

Le débat est lancé, et il n'est pas près de s'arrêter.

Créé: 06.12.2017, 15h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.