Samedi 4 juillet 2020 | Dernière mise à jour 20:10

Basketball Thabo Sefolosha: «J'ai été horrifié par ce que j'ai vu»

Le décès de George Floyd, victime de violences policières, a rappelé de très mauvais souvenirs au Veveysan des Houston Rockets.

Le cicatrice de Thabo Sefolosha ouverte en 2015 n'est toujours pas refermée.

Le cicatrice de Thabo Sefolosha ouverte en 2015 n'est toujours pas refermée. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'était en avril 2015. Alors joueur des Atlanta Hawks, Thabo Sefolosha avait été violemment arrêté à la sortie d'une boite de nuit d'un quartier de New York. Le Vaudois s'en était sorti non sans mal, avec une lourde fracture du péroné qui l'avait immobilisé de longs mois. Une affaire dans laquelle le basketteur avait fini par obtenir gain de cause, et une indemnité de 4 millions de dollars.

Reste que, plus que physiquement, cette altercation a laissé une trace indélébile dans la mémoire de l'actuel joueur des Houston Rockets. Alors forcément, lorsqu'il a appris le tragique décès de George Floyd, plaqué au sol par des policiers jusqu'à l'agonie la semaine dernière à Minneapolis et à la base d'un nouvel élan de solidarité contre les violences raciales, la cicatrice du Vaudois a refait surface.

«Le problème est bien plus profond dans notre société»

«J'ai été horrifié par ce que j'ai vu, a-t-il lancé lors d'une entrevue avec Associated Press, une agence de presse américaine. Ça aurait pu être moi. Les gens disent qu’il est question de quelques pommes pourries, mais vous savez, avec mon expérience et de ce que je vois, je crois que le problème est bien plus profond dans notre société. C’est simplement mon opinion. Je crois qu'il s'agit vraiment d'une partie de notre culture, bien plus que simplement des pommes pourries.»

Dimanche soir, la NBA a publié un communiqué pour, elle aussi, s'élever contre les injustices raciales. «Alors que nous combattons une pandémie, qui a des impacts sur toutes les communautés, on nous rappelle qu’il y a encore des blessures dans notre pays qui n’ont pas guéri», a écrit le commissaire Adam Silver.

Créé: 01.06.2020, 13h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.