Dimanche 31 mai 2020 | Dernière mise à jour 10:10

NBA Milwaukee n'abdique toujours pas

Les Boston Celtics et les Milwaukee Bucks étant désormais à trois victoires partout, un match 7 décisif les départagera.

Giannis Antetokounmpo, a inscrit 31 points et pris 14 rebonds lors de la victoire des Bucks face aux Celtics. (Jeudi 26 avril 2018)

Giannis Antetokounmpo, a inscrit 31 points et pris 14 rebonds lors de la victoire des Bucks face aux Celtics. (Jeudi 26 avril 2018) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Milwaukee a obtenu sa «finale» en remportant devant son public le match N.6 (97-86) de son duel du 1er tour des play-offs NBA face à Boston, jeudi. Il faudra attendre le match N.7 samedi pour connaître le prochain adversaire de Philadelphie, qualifié pour le 2e tour depuis mardi après avoir dominé Miami (4 victoires à 1).

Milwaukee et Boston sont dos à dos trois victoires partout et le vainqueur du match N.7 qui aura lieu dans la salle des Celtics, rejoindra Philadelphie. Les Celtics, 2e de la conférence Est, ne s'attendaient pas à une telle résistance de la jeune équipe des Bucks, mais le prodige grec Giannis Antetokounmpo a encore fait une démonstration de son talent.

Après un départ timide, Milwaukee, dos au mur, est revenu à la hauteur de Boston durant la 2e période et a pris le large durant le 3e quart-temps où les Bucks ont compté jusqu'à onze points d'avance. Le rookie Jayson Tatum (22 pts) et Terry Rozier (18 pts) ont ramené Boston, privé jusqu'à la saison prochaine de son meneur Kyrie Irving, à deux longueurs (80-78) à sept minutes de la sirène. Mais Antetokounmpo a redonné de l'air à son équipe avec quatre paniers dans le final pour un total de 31 points et 14 rebonds.

«On s'était dit avant le match que notre saison ne pouvait pas se terminer et qu'on allait gagner ce match, qu'importe la façon», a expliqué l'ailier, âgé de 23 ans. «On a très bien joué en faisant bien circuler le ballon et en restant bien concentré», s'est-il félicité.

De son côté, l'entraîneur de Boston, Brad Stevens, a regretté les passages à vide de son équipe : «Dès qu'on s'est un peu reposé sur nos lauriers, cela nous a coûté cher». «Leur rapidité d'exécution et leur impact physique nous ont fait mal», a-t-il constaté, en référence 48 rebonds captés par les Bucks contre 39 aux Celtics. (afp/nxp)

Créé: 27.04.2018, 06h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.