Vendredi 20 septembre 2019 | Dernière mise à jour 19:58

Basketball Roberto Kovac a signé à Reykjavik

L’ancien capitaine des Lions de Genève s’est engagé en Islande. Mais d’autres équipes le courtisent encore.

Mercredi soir, Roberto Kovac a inscrit 29 points pour la Suisse.

Mercredi soir, Roberto Kovac a inscrit 29 points pour la Suisse. Image: Jean-Christophe Bott/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si la Suisse peut continuer de rêver à l’Europe, Roberto Kovac y est pour beaucoup. L’ancien Genevois a fait preuve d’une constance impressionnante au cœur d’une campagne helvétique qui a connu des hauts et des bas. «Honnêtement, pas tout le monde n'y croyait avant ce dernier match, a-t-il souligné après la qualification suisse. On s'est dit qu'on n'avait rien à perdre. On a montré qu'on avait du caractère, prouvé que la Suisse avait sa place au niveau international.»

Des contacts en Italie et en Croatie

Face à l’Islande, l’arrière a livré deux prestations de haut vol. Mercredi soir, il a signé 29 points pour permettre à la Suisse d’éliminer les Islandais. Au match aller déjà, Kovac avait impressionné. A tel point que le KR Reykjavik - sextuple champion national - l’a recruté pour la saison prochaine après le match du 10 août dernier (défaite 83-82 de la Suisse). L’information a été lâchée par Giancarlo Sergi, président de Swiss Basketball, au micro après la victoire suisse mercredi soir.

«Oui j'ai signé avec Reykjavik, a confirmé le joueur. Juste après cette signature, deux ou trois autres équipes m’ont également contacté. Je ne suis pas encore certain à 100% de partir là-bas. Il faut que je discute avec mon agent.» Parmi les prétendants encore sur les rangs, figurent notamment deux équipes de première division en Italie et en Croatie. Deux championnats bien plus réputés.

«Une expérience de vie»

S’il décide de mettre le cap sur l’Islande, Roberto Kovac retrouverait donc une nation qu’il a éliminée de la course à l’Euro. «C'est sûr que ça serait un peu bizarre, reconnaît le principal intéressé. Ce serait surtout pour moi une vraie expérience de vie, pas uniquement lié au basket. Cela me permettrait aussi de découvrir une nouvelle culture. Le championnat islandais est plus ou moins du même niveau que le championnat suisse. En tant qu'étranger, je serais appelé à vraiment faire la différence.»

Dans l’euphorie de ce dernier match à Clarens, Roberto Kovac avait aussi le regard tourné vers la suite des qualifications pour l’Euro. Dès février prochain, la Suisse jouera sa place dans le Groupe E. Il reste deux places pour trois équipes entre la Serbie, la Finlande et la Suisse, alors que l’équipe de Géorgie est qualifiée d’office en tant que pays co-organisateur.

Des ambitions légitimes

«Ce groupe s'annonce très excitant, se réjouissait Kovac. Nous allons affronter l'une des meilleures équipes du monde avec la Serbie. La Finlande a aussi des arguments. Ces derniers jours, nous avons démontré que nous pouvions défier n'importe qui. Mais il y a encore beaucoup de travail avant de poursuivre l'aventure.»

Créé: 22.08.2019, 15h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.