Mercredi 17 juillet 2019 | Dernière mise à jour 17:48

Hockey sur glace Nico Hischier: «Nous devons croire en nous»

Découvrez la chronique tenue par le hockeyeur valaisan, joueur de centre des New Jersey Devils

Nico Hischier - Hockeyeur en NHL.

Nico Hischier - Hockeyeur en NHL. Image: Yvain Genevay

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mon retour en Suisse a été grandiose. C’était vraiment cool. Surtout à Sierre où j’ai disputé mon premier match, à une trentaine de minutes de Naters, devant de nombreuses connaissances. Je suis conscient qu’il y a désormais beaucoup d’attentes envers ma personne, que ce soit sur la glace ou en dehors. Je sais aussi que je représente beaucoup de choses pour les fans, notamment pour les enfants. J’essaie d’être un bon exemple pour eux, et la meilleure manière d’y parvenir est de continuer à travailler fort pour atteindre mes objectifs.

Le fait de jouer mon premier championnat du monde en Slovaquie est quelque chose qui me rend très fier. J’ai toujours porté avec beaucoup d’enthousiasme le maillot des équipes nationales juniors. Mais le fait d’avoir désormais la chance de représenter la Suisse chez les pros me procure une sensation formidable. Plus jeune, je regardais bien sûr le championnat du monde à la télévision et je vibrais avec l’équipe de Suisse. J’avais 14 ans en 2013 lorsque la Suisse a remporté la médaille d’argent à Stockholm. Quel souvenir! Mon joueur préféré a toujours été Andres Ambühl. C’est lui qui m’a le plus marqué avec la Nati. Et aujourd’hui, je me retrouve avec lui, dans la même équipe. C’est marrant.

Je sais que l’on attend beaucoup de moi pour ce tournoi, mais je ne vais pas changer ma façon de jouer pour autant. Je vais me comporter comme avec les New Jersey Devils en NHL: je veux être un coéquipier solide, fiable défensivement, et créatif en phase offensive. Je vais simplement tout faire pour aider mon équipe à gagner. Je suis confiant.

Et puis Roman Josi sera aussi là. C’est un très grand joueur, il nous offre la garantie que notre groupe sera une fois de plus très compétitif. Notre coach, Patrick Fischer, a su créer quelque chose de dynamique. Cela fait maintenant quelques années que je le connais. C’est quelqu’un de très communicatif. Cela change de la NHL, où les coaches passent beaucoup moins de temps à dialoguer et à échanger avec les joueurs. J’apprécie sa personnalité, et je me sens à l’aise avec son système de jeu sur la glace. Le Mondial va bientôt commencer. Notre grand objectif, c’est l’or. Il ne faut pas voir peur de le dire, nous ne devons pas nous cacher. Nous voulons tous réussir un grand championnat du monde et voulons aller le plus loin possible. Dans un premier temps, nous voulons arriver en quarts, puis à partir de là tout sera possible. Nous devons croire en nous et faire preuve de beaucoup de volonté. C’est la meilleure façon de gagner.

Cette chronique est assurée en alternance par Clint Capela, Nico Hischier, Fanny Smith, Mujinga Kambundji et Alex Song.

Créé: 06.05.2019, 08h26

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.