Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 01:42

Chronique Nico Hischier: «Pas de passe-droit»

Découvrez la chronique tenue par le hockeyeur valaisan, joueur de centre des New Jersey Devils.

Cette chronique est assurée en alternance par Clint Capela, Nico Hischier, Wendy Holdener, Mujinga Kambundji et Steve Guerdat.

Cette chronique est assurée en alternance par Clint Capela, Nico Hischier, Wendy Holdener, Mujinga Kambundji et Steve Guerdat. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Voilà, c’est reparti. Depuis le début du mois d’août, je m’entraîne régulièrement sur la glace avec le CP Berne. À la Postfinance Arena, je ne suis pas le seul joueur de NHL à bénéficier de cette faveur: je sue presque quotidiennement aux côtés de Roman Josi et de Yannick Weber, des Prédateurs de Nashville, et de Gaëtan Haas, qui s’apprête à découvrir l’environnement des Oilers d’Edmonton. Cela peut sembler étonnant mais lorsque nous sommes ensemble, nous ne parlons jamais de nos équipes respectives ou des matches au cours desquels nous nous sommes affrontés. Nous sommes surtout là pour travailler. Parce que nous avons des objectifs à atteindre.

À la mi-septembre, lorsque les camps d’entraînement s’amorceront outreAtlantique, nous serons évalués. Je sais parfaitement ce qui m’attend chez les Devils du New Jersey: dès mon arrivée, je serai soumis à une batterie de tests en salle et sur la glace. On va me peser, mesurer ma vitesse, compter le nombre d’appuis faciaux que je réalise en un temps donné, sonder mon explosivité, etc. Durant cette période de l’année, où nous sommes 40 ou 50 joueurs en concurrence pour décrocher l’une des 25 places disponibles dans le grand club, celui de NHL, il est indispensable d’être au top. Et ce n’est pas parce qu’on a été No 1 du repêchage qu’on bénéficie d’un passe-droit. Les compteurs sont remis à zéro et je dois gagner ma place comme tout le monde. C’est pourquoi ces séances d’entraînement avec Berne sont importantes.

Bien sûr, je ne peux pas participer à tous les exercices. L’entraîneur a un groupe à préparer, des schémas de jeu à enseigner, des situations spéciales à tester. Et, comme je ne fais pas partie de l’équipe, j’en suis naturellement exclu. Mais l’essentiel est ailleurs. Je patine avec des pros, acquiers un rythme intéressant et développe la précision de mes tirs en fin de séance. Si vous saviez à quel point c’est précieux… Plus ces entraînements passent, plus je me rapproche de la date de mon départ, au début du mois de septembre. Je commence à en avoir l’habitude. D’un côté, cela me brisera le cœur de laisser derrière moi les gens que j’aime et mon pays; de l’autre, je vais me réjouir d’aller pratiquer le métier que j’adore dans un cadre qui me remplit de bonheur. La prochaine saison sera la dernière de mon contrat d’entrée avec les Devils. Mais je ne vais pas changer d’attitude pour autant. Promis, je n’accorderai pas plus d’importance que par le passé à mes statistiques personnelles. L’important sera ailleurs: gagner en équipe.

Créé: 19.08.2019, 09h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.