Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:06

TENNIS Wawrinka: «J'étais très nerveux avant le match»

Vainqueur de Tsonga en quatre sets, le Vaudois avouait qu'il ne se sentait pas au top dans les vestiaires. Mais il a rapidement balayé les doutes!

Image: Gonzalo Fuentes/Reuters

Jo-Wilfried Tsonga

"Stan a été bon aujourd'hui. Il a juste été meilleur que moi. Je m'attendais à ce que ce soit difficile. Cette année, il a beaucoup progressé, a gagné de l'expérience et a mieux joué que moi sur l'ensemble de la saison. Cela s'est joué sur des petites choses et à la fin, il y a eu un gros écart. J'aurais pu taper plus fort, avoir un pourcentage de services un peu plus élevé. Je me suis aussi un peu relâché après avoir gagné le deuxième set et cela lui a permis de revenir dans le match. Je suis un peu déçu mais il faut que je reste positif. Ce n'est pas fini.

On est toujours en course. Évidemment, j'ai envie de me racheter pour ne pas rester là-dessus (et jouer le double samedi). Mais ce n'est pas mon entière décision. On va en discuter après le match de Gaël (Monfils) (...) On s'attendait un peu à ça. Lors de la présentation des équipes, on entendait plus le public suisse dans le stade que le public français. C'est un peu dur. Sur une balle litigieuse, je vais juste regarder la marque et je me fais siffler dans mon propre pays par les Suisses. Et personne ne dit rien, c'est un peu énervant. Mais c'est aussi à nous d'aller chercher le public français.

On va le faire par la qualité de notre jeu. Je n'ai pas réussi à le faire aujourd'hui. J'espère que cela va prendre sur les prochains matches."

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vainqueur autoritaire de Jo-Wilfried Tsonga en quatre sets (6-1 3-6 6-3 6-2), Stan Wawrinka a admis au micro de la RTS qu'il ne se sentait pas au top avant d'entrer dans l'arène.

«J'étais très, très nerveux avant le match, a-t-il confessé. Le contexte, le public, l'enjeu: je m'en suis ouvert à Seve (ndlr: Lüthi, le capitaine). Mais dans ces moments-là, j'essaie de penser qu'en face de moi, il y a un autre joueur, peut-être en proie aux mêmes doutes.»

«J'ai montré qui était le patron»

Le Vaudois a, en tous les cas, rapidement su balayer ces doutes. «J'ai pris un départ idéal, c'est vrai. C'était important. On devait montrer aux Français qu'on était bien présents, physiquement notamment. Et aujourd'hui, je peux affirmer que j'étais le plus fort. Mon tennis est là, dans la lignée de ce qu'il était au Masters.»

Et de conclure, à propos du public: «On a bien senti les Français essayer de pousser Tsonga, notamment dans le deuxième set, quand j'ai connu une petite baisse. Mais en leur montrant qui était le patron sur le court, j'ai réussi à freiner leurs ardeurs.»

Du coup, c'est le public suisse qu'on a entendu le plus au Stade Pierre-Mauroy.

Créé: 21.11.2014, 17h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.