Mercredi 24 juillet 2019 | Dernière mise à jour 06:39

Cyclisme Raymond Poulidor: «Le Tour, c’est ma vie»

Le légendaire «Poupou», 83 ans, espère voir un Français gagner le Tour. Mais il n’en fait pas une affaire d’État.

«Poupou» est monté huit fois sur le podium du Tour.

«Poupou» est monté huit fois sur le podium du Tour. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Raymond Poulidor, alias «Poupou», est monté huit fois sur le podium du Tour de France (record) entre 1962 et 1976, sans jamais le remporter ni même enfiler le maillot jaune. Tous les matins, il porte une chemise de la même couleur, celle de son sponsor Le Crédit Lyonnais, dans le village de départ. Vendredi à Belfort, il nous a gentiment accordé quelques minutes pour évoquer la longue disette du cyclisme hexagonal, qui n’a plus fêté une victoire sur la Grande Boucle depuis Bernard Hinault en 1985.

«Cette année, on croyait pas mal en Romain Bardet au moins pour le podium, mais après le chrono par équipes et sa défaillance à la Planche-des-Belles-Filles, je crois que c’est plié, tranche le grand monsieur de 83 ans. Alors on compte beaucoup sur Thibaut Pinot, qui peut non seulement gagner une grande étape, mais qui fait aussi partie des candidats les plus dangereux au classement général.»

Son petit-fils a gagné l’Amstel Gold Race

Raymond Poulidor, dont le petit-fils Mathieu van der Poel a remporté l’Amstel Gold Race ce printemps, dit «ne pas souffrir» de cette traversée du désert pour les Tricolores. «Évidemment, je serais bien content qu’un Français gagne le Tour. Mais ce que je souhaite avant tout, c’est qu’il y ait une belle course et que le meilleur gagne, dit-il, plus fair-play que patriote. Parce que le Tour de France, c’est ma vie. Le cyclisme m’a tout apporté. Je me suis surtout enrichi d’un point de vue intellectuel, moi qui sortais de ma campagne.»

De ville en ville, l’infatigable octogénaire poursuit sa tournée, multipliant les autographes et les selfies, plus «poupulaire» que jamais. Thibaut Pinot en jaune aux Champs-Élysées? «Oui, j’y crois. Mais je pense que les mieux placés, ce sont les deux de l’équipe Ineos. Il y a le petit Colombien (ndlr: Egan Bernal) et surtout Geraint Thomas, le vainqueur sortant, qui a marqué des points. Et il a l’avantage du contre-la-montre à venir (ndlr: le 19 juillet sur 27,2 kilomètres). En fait, il n’a qu’à maintenir les choses en l’état pour faire la différence à Pau.»

Créé: 13.07.2019, 11h55

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.