Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:51

Cyclisme Bière et cyclisme: la tête dans le houblon

Un Néerlando-Suisse a créé une marque de bière légère pour les cyclistes. L’équipe Katusha est partenaire.

Trinquer avec un cycliste la conscience libre, c'est désormais possible, grâce à Danny can Well (à dr.), créateur de la bière «À bloc».

Trinquer avec un cycliste la conscience libre, c'est désormais possible, grâce à Danny can Well (à dr.), créateur de la bière «À bloc». Image: Maxime Schmid

Infobox

Si Daan van Well fait équipe avec la Katusha, c’est parce que la formation à licence suisse est basée comme lui à Genève, mais pas seulement. «Elle a un projet plus large que le cyclisme. Elle possède sa propre marque de vêtements de sport, un café ou encore une agence de voyages.»

Comme van Well, la Katusha part donc du cyclisme pour explorer de nouveaux horizons. «On veut tous les deux célébrer la beauté du vélo», souligne le Néerlando-Suisse. Les deux parties étaient faites pour s’entendre. Elles viennent d’ailleurs de lancer une série d’épreuves baptisées «car park cannonball». Le but: rassembler des amateurs de sensations fortes pour des courses de vélo dans des parkings aux quatre coins du monde.

La première compétition a eu lieu la saison dernière à Eindhoven, aux Pays-Bas. «Puis nous sommes allés en Australie et en Nouvelle-Zélande, où nous avons reçu le Prix du meilleur événement sportif de l’année dans le pays», jubile van Well, prêt à repartir pour un tour. «Nous irons cette année à Amsterdam, Berlin, Copenhague puis en Nouvelle-Zélande, encore.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Daan van Well a créé deux bières: une pour ceux qui ont abandonné tout espoir de devenir cyclistes professionnels et une autre pour les coureurs du peloton actuel. La première affiche un volume d’alcool de 4,8% et n’est décapsulée par les pros de la Katusha (partenaire de la marque de bière) que pour les grandes victoires; la seconde ne dépasse pas 1,1% et 39 calories, ce qui permet à tous les cyclistes – même aux perdants, maigre consolation – de la déguster après une étape. Les deux sont estampillées made in Switzerland: brassées dans le Jorat, elles puisent leurs richesses dans la diversité de notre pays (houblons du canton de Vaud et minéraux valaisans).

Un accident pour déclic

Elles doivent aussi beaucoup à l’imagination fertile de leur créateur, Daan van Well, un Néerlando-Suisse de 43 ans que nous avons découvert sur le Tour de Romandie. Cet ancien juriste a quitté le monde des affaires il y a deux ans pour se lancer exclusivement dans la promotion de son breuvage pour cyclistes.

«J’ai fait une chute à vélo et je me suis retrouvé aux soins intensifs pendant une semaine. Quand je me suis réveillé, je me suis dit qu’il fallait que je consacre ma vie au cyclisme. C’est un peu bizarre (il rit), mais c’est comme ça.»

Il vit à bloc

Éternel passionné de petite reine («J’ai une photo de moi à 5 ans avec un petit vélo de course») et doté d’un tempérament de fonceur (il roule 10'000 km par année), van Well a trouvé un nom qui lui ressemble pour sa bière, qu’il a baptisée «À bloc». «C’est vrai que je vis à bloc. C’est la folie totale, savoure ce petit entrepreneur. Le matin, je suis en contact avec l’Australie, la journée avec l’Afrique du Sud, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Et je négocie actuellement avec Taïwan et la Chine. C’est énorme.»

Mais, comme dans le cyclisme, un ambitieux, pour avancer, a besoin de partenaires. Cela tombe bien: Daan van Well n’en manque pas. Il est bien entouré par Katusha et Nathanael Miller, un ami américain rencontré… sur la route, évidemment. «Nathanael est un designer et copyrighter. Il m’aide à développer la marque.» Plus qu’une bière, van Well veut faire d’«À bloc» une «communauté» dont les membres rouleraient cheveux au vent sur les sentiers de l’amitié.

«L’idée, c’est de faire du vélo, découvrir des endroits et vivre des moments ensemble, le tout en multipliant les efforts autour de défis.» Car c’est dans les défis que Daan van Well trouve cet équilibre précieux, auquel aspirent tous ceux qui sont déjà montés sur un vélo – c’est-à-dire tout le monde.

Créé: 26.04.2018, 16h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.