Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

Cyclisme Commentaire - Un Tour à huis clos? Tout, mais pas ça!

La ministre française des Sports, Roxana Maracineanu, a évoqué la solution d'un Tour de France à huis clos. «Non, pitié, pas ça!», estime notre journaliste.

Image: Keystone

Robin Carrel, journaliste

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un chagrin d'amour. C'est un bateau qui part sans larguer ses amarres. Un chagrin d'amour. Une Samsonite oubliée sur le quai d'une gare. Un chagrin d'amour. C'est comme ton maquillage le matin au réveil. C'est une paire de Ray-Ban alors qu'y a plus d'soleil… Un chagrin d'amour. C'est comme une grève de métro quand tu restes sur le quai. Un chagrin d'amour. C'est une boîte de nuit sans son disc-jockey. Un chagrin d'amour. C'est une Golf GTI qui n'aurait plus qu'une vitesse. Une station de ski sans neige et sans tire-fesses...»

Les «Inconnus» avaient chanté «Un Chagrin d’amour» et leur parodie avait juste oublié de dire que «Un chagrin d’amour, c’est comme si le Tour de France se déroulait sans public». L’idée même que la plus grande course du monde - qui peut drainer jusqu’à 20 millions de personnes sur le bord des routes en un été - se dispute dans une sorte de huis clos, de toute façon impossible à réellement mettre en place, est au mieux saugrenue, au pire débile.

«Le public fait partie de la Grande Boucle»

Le chouchou des Français, Julian Alaphilippe, ne dit d'ailleurs pas le contraire: «Ce serait unique... Mais je préfère ne pas imaginer un Tour de France sans public. Il fait partie de la Grande Boucle. Imaginez une Coupe du monde de football disputée dans des stades vides! Si on doit le faire, on le fera, mais je préfère imaginer que ce virus sera enfin parti et qu'on pourra courir avec du public.»

ASO, l'organisateur de l'épreuve et éditeur notamment du journal L’Équipe, avait presque réussi à mener Paris-Nice jusqu'au bout. C'était il y a deux semaines, mais déjà dans un autre monde. La «course au soleil», disputée avec des départs et des arrivées à huis clos, avait été bouclée un jour avant l'arrivée prévue le 13 mars dernier. Depuis, les bicyclettes ont été rangées au garage. Heureusement.

A quoi bon argumenter?

Pas besoin de revenir sur l'impossibilité d'empêcher le public français d'aller poser son camping-car sur le tracé trois jours avant le passage du peloton. Inutile d'expliquer que la maréchaussée aurait d'autres priorités que de sillonner les routes du pays, pour obliger les spectateurs à laisser les deux mètres de distance entre chaque supporter.

A quoi bon argumenter sur le fait que le Tour, sans fan qui court après Thibaut Pinot, sans caravane qui distribue des trucs qui prendront la poussière sur une armoire, sans grands malades déguisés en kangourou, en banane géante ou en Borat, ce n'est pas le Tour?

L'importance des droits TV

Alors oui, on peut entendre l'argument que des équipes, françaises notamment, font deux tiers de leurs images «publicitaires» de la saison sur les trois semaines de la compétition, grâce à de vaines attaques au kilomètre 0. C'est vrai, la Grande Boucle vit surtout grâce aux droits TV. Mais les dégâts d'image d'une attaque de Nairo Quintana vers Villard-de-Lans, d'un démarrage d'Egan Bernal en direction de Loudenvielle ou du chrono à La Planche des Belles Filles sans personne au bord des routes à part des CRS seraient bien pires.

«Mais un chagrin d'amour. C'est l'amour sans amour. Et l'amour sans amour. Ce n'est plus de l'amour. Laisse le temps à l'amour de red'venir l'amour. Et tu verras l'amour. Ça n'est rien que l'amour. Un chagrin d'amour. Putain ça fait mal. Un chagrin d'amour. C'est comme si Roméo n'aimait plus Virginie. Un chagrin d'amour. Comme si l'équipe de Marseille n'avait plus Bernard Tapie. Un chagrin d'amour. C'est un sapin de Noël sans guirlandes et sans boules. C'est un papa Noël sans sa hotte et ses boules…»

Faire son deuil

Un été sans Tour de France, ce serait clairement un sacré chagrin d'amour pour un pays qui a pris l'habitude de fêter ses forçats du bitume sans arrêt depuis 1947. Mais si les footballeurs ont fait le deuil de l'Euro 2020 et les athlètes des JO de Tokyo en 2020, les fans de la petite reine peuvent aussi attendre une année pour un vrai, grand et beau Tour avec tout ce qui en fait son sel: la fête populaire grandiose qui va avec.

Robin Carrel

Créé: 30.03.2020, 16h03

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.