Lundi 22 octobre 2018 | Dernière mise à jour 02:19

Carnet noir Le cycliste Roger Pingeon est décédé

L'ancien vainqueur du Tour de France, Roger Pingeon, est décédé d'une crise cardiaque à son domicile dans la nuit de samedi à dimanche. Il était âgé de 76 ans.

Roger Pingeon, le 14 juillet 1968.

Roger Pingeon, le 14 juillet 1968. Image: Archives/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La carrière de Pingeon avait connu son apogée à la fin des années soixante. Le coureur de l'Ain avait remporté le Tour de France en 1967. Il s'est également adjugé le Tour d'Espagne en 1969 avant de terminer deuxième du Tour de France la même année.

Roger Pingeon était bien connu des téléspectateurs romands. Après sa carrière cycliste, il a été consultant de la RTS entre 1979 et 1998 aux côtés de Bertrand Duboux.

Surnommé le plombier-zingueur ou le grand échassier, il vivait toujours dans l'Ain au Nord de Bourg-en-Bresse.

C'est le troisième vainqueur de la Grande Boucle à décéder cet hiver après le Suisse Ferdi Kübler (97 ans, vainqueur en 1950) le 30 décembre, puis Roger Walkowiak (89 ans, vainqueur en 1956) le 7 février. Vingt-trois vainqueurs du Tour sont encore en vie, dont le doyen est l'Espagnol Federico Bahamontes (88 ans, vainqueur en 1959).

Roger Pingeon «a été foudroyé ce matin vers 4h par une crise cardiaque», a indiqué à l'AFP Georges Gouly, le maire de Beaupont, village de 700 habitants dans l'est de la France où l'ancien champion avait élu domicile dans les années 2000.

«L'échassier»

«Il allait très bien, je l'avais encore vu hier matin. C'était quelqu'un d'une grande humilité, qui avait su très bien s'intégrer à la vie du village et notamment à la vie associative. Cette année, il fêtait le 50e anniversaire de sa victoire», a ajouté le maire, manifestement affecté.

Pingeon est entré dans l'histoire du Tour par son échappée solitaire du côté de Jambes (Belgique), qui lui a permis de gagner l'édition 1967.

Surnommé «l'échassier» en référence à ses longues jambes, ce coureur de grande classe au moral fragile a terminé deuxième du Tour 1969, seulement devancé par l'imbattable champion belge Eddy Merckx. La même année, il a gagné le Tour d'Espagne. Pur-sang du peloton (1,82 m pour 72 kg) doté d'une remarquable intelligence de course, il était en proie à des sautes d'humeur et redoutait le mauvais temps et la fringale. Pourtant, en 1967, ce fut dans le froid et sous la pluie qu'il garda son maillot jaune dans l'étape de la Chartreuse après que Raymond Poulidor se fut rangé à son service dans le Galibier sous le maillot de l'équipe de France.

(si/nxp)

Créé: 19.03.2017, 09h36

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.