Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 15:10

Cyclisme Küng: «C’est une erreur que je ne commettrai plus»

Le rouleur thurgovien retrouve dimanche la terrible classique Paris-Roubaix. Les courses des dernières semaines lui ont beaucoup appris.

Malgré les apparences, le Thurgovien aime souffrir sur les pavés du Nord.

Malgré les apparences, le Thurgovien aime souffrir sur les pavés du Nord. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stefan Küng est plus prêt que jamais à affronter l’Enfer du Nord. Dimanche, il sera au départ de son cinquième Paris-Roubaix. Si ses deux premiers, terminés aux 63e (2015) et 41e (2016) places, avaient laissé entrevoir de grandes promesses sur la course qu’il préfère malgré ses éprouvantes difficultés, les deux dernières ont été bien plus compliquées. En 2017, le Thurgovien était entré en collision avec une voiture d’équipe et avait fini par abandonner 70km après avoir repris la route. L’an dernier, le champion du monde 2015 de poursuite individuelle avait subi encore pire en se fracturant la mâchoire sur les pavés.

Cette année, le rouleur de 25 ans arrive pourtant confiant sur la terrible classique, longue de 260km. «Sur le Tour des Flandres, dimanche dernier, j’ai senti pour la première fois que j’avais vraiment les jambes pour rivaliser avec les meilleurs, que j’étais compétitif», révèle Küng, qui avait finalement terminé 44e, à 2’20’’ du vainqueur Alberto Bettiol. «Ça c’était la partie positive. La partie dommage, c’est que j’ai un peu oublié de m’hydrater correctement. J’ai commencé à être dans le dur autour de 220km. J’ai bu à ce moment-là, mais c’était trop tard et j’ai commencé à avoir des crampes. Du coup, je n’ai pas réussi à suivre lorsque les attaques sont parties. Ce sont toujours les jambes qui décident.»

«J’ai les jambes pour être avec les meilleurs»

Autant dire que Stefan Küng n’oubliera pas de boire régulièrement dimanche, sur les pavés du Nord. «Dans une course pareille, on doit tellement se concentrer en permanence pour éviter les pièges qu’il peut arriver qu’on oublie de s’alimenter. Mais c’est une erreur que je ne commettrai plus.» Et le spécialiste de l’effort solitaire a de bonnes raisons de croire à un bon résultat sur un parcours qu’il affectionne. «C’est vrai que c’est une course qui nous convient encore mieux en tant qu’équipe. Les secteurs pavés sont notre terrain de jeu. Chez Groupama-FDJ, on a la chance de pouvoir jouer deux cartes, avec notre sprinter Arnaud Démarre. Entre chutes et problèmes mécaniques, il peut se passer tellement de choses dans cette course que c’est bien de pouvoir jouer sur plusieurs tableaux.»

Le natif de Wil est d’ailleurs bien placé pour savoir que le sort peut frapper à tout moment. «C’est vrai que les mauvais souvenirs ici ne sont pas idéaux, mais l’expérience fait que je me sens mieux et moins stressé. J’espère ne pas finir comme les dernières fois et je suis prêt à réussir un bon résultat. J’ai en tout cas les jambes pour être avec les meilleurs.» Dans sa quête d’une performance de haut vol, Stefan Küng a également dû apprendre à laisser travailler un peu plus les autres, lui qui était davantage habitué au rôle d’équipier modèle. «Je me suis peu à peu habitué à ce statut de co-leader, à garder mes forces plus longtemps dans la course, pour éviter qu’elle soit déjà finie à 30km du but. J’ai bien pris confiance en étant au contact des meilleurs et j’ai hâte de pouvoir récompenser l’équipe de tous ses efforts par un bon résultat.»

Attaque prévue après la Trouée

La phénoménale échappée de Silvan Dillier, l’an dernier a-t-elle de quoi inspirer le Thurgovien? «C’est vrai qu’être aux avant-postes permet d’éviter les bagarres et les chutes. C’est bon d’avoir un temps d’avance sur les autres pour se concentrer et être abrité, mais je pense pour ma part que je vais essayer de survivre jusqu’à la Trouée d’Arenberg (ndlr: un secteur pavé situé à environ 95km de l’arrivée), puis je passerai certainement à l’attaque dans les 80 derniers kilomètres.» Voilà ses adversaires prévenus.

Créé: 11.04.2019, 21h35

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.