Dimanche 18 août 2019 | Dernière mise à jour 13:30

CYCLISME Lance Armstrong attaque Pat McQuaid

Dans une interview au site "Cyclingnews", l'Américain s'en prend au patron de l'UCI et jette un regard froid sur le cyclisme.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lance Armstrong s’en est pris pour la première fois au président de l’Union cycliste internationale Pat McQuaid, jugeant son attitude "pathétique" et rappelant l’opposition initiale du dirigeant à la Commission vérité et réconciliation sur le dopage prônée par l’ancien champion déchu.

"Pat est constamment en train de se couvrir. Pathétique", a déclaré Armstrong dans un entretien publié mercredi par le site internet Cyclingnews, s’en prenant pour la première fois aussi durement à l’UCI, l’organisme régissant le cyclisme mondial soupçonné d’avoir couvert l’Américain au temps de ses sept victoires consécutives dans le Tour de France de 1999 à 2005.

Le 22 octobre, McQuaid avait déclaré qu’Armstrong "n’avait aucune place dans le cyclisme" après que l’UCI eut retiré au Texan ses sept titres dans le Tour de France, dans le sillage de la publication par l’Agence américaine antidopage (Usada) d’un rapport mettant en évidence le recours au programme de dopage "le plus sophistiqué de l’histoire".

Lance Armstrong, qui a avoué publiquement s’être dopé lors d’une interview avec l’animatrice Oprah Winfrey diffusée le 18 janvier, a réaffirmé son souhait de création d’une commission de type "vérité et réconciliation" sur les affaires de dopage dans le cyclisme, au sujet de laquelle Pat McQuaid "ne voulait rien entendre" selon lui.

"Ce n’est pas le meilleur moyen, c’est le seul. Bien que je sois dans l’oeil du cyclone, il ne s’agit pas d’un homme, d’une équipe, d’un directeur. Il s’agit du cyclisme et, pour être franc, de tous les sports d’endurance. Lyncher publiquement un homme et son équipe ne résoudra pas le problème", a assuré Armstrong.

A la question de savoir s’il escomptait une réduction de ses suspensions en échange de son témoignage devant une telle commission, Armstrong a rétorqué: "c’est hors-sujet. Le sujet, c’est que tout le monde soit traité justement et sur un pied d’égalité. Nous avons tous créé ce foutoir, réparons ensemble ce foutoir et que l’on soit punis sur un pied d’égalité", a-t-il déclaré.

Cette charge contre l’UCI intervient deux jours après la décision de l’instance du cyclisme mondial d’enterrer la commission indépendante qui devait enquêter sur le rôle joué par ses dirigeants dans le scandale Armstrong, après plusieurs jours de bras de fer avec les Agences mondiale (AMA) et américaine antidopage (Usada) qui refusaient de collaborer à ses travaux.

A la place, la Fédération mondiale a dit s’atteler à la mise en place de cette fameuse commission vérité et réconciliation comme le souhaitaient les deux agences et à laquelle avait fini par se rallier Pat McQuaid.

En guerre contre l’UCI, l’AMA et l’Usada avaient sévèrement critiqué le mode de fonctionnement de cette commission, jugeant qu’il ne garantissait en rien son indépendance, et plaidé pour un système d’amnistie afin d’inciter les coureurs à témoigner, ce à quoi la fédération s’était dans un premier temps opposée. "Aucune génération n’a été épargnée, ni propre. Ni celle de Merckx, ni celles d’Hinault, LeMond, Coppi, Gimondi, Indurain, Anquetil, Bartali. Ni la mienne", a conclu Armstrong.

Créé: 30.01.2013, 21h01


Sondage

Selon vous, qui mérite de remporter le prix "The Best FIFA"











Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.