Mardi 23 juillet 2019 | Dernière mise à jour 14:02

Cyclisme Les dix coureurs du Tour à suivre absolument (2/2)

Le Tour de France, c’est 176 coureurs de 22 équipes différentes. On vous a sélectionné nos dix cyclistes préférés de cette édition 2019. Voici le second volet.

Aru a sa carte à jouer.

Aru a sa carte à jouer. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?


Fabio Aru (Ita/UAE Emirates)

Dans l'épisode 1 de ces coureurs à suivre, on a fait une analogie avec le football pour des gestes techniques. Avec le Transalpin, ce n'est pas tout à fait pareil. En France, on cherche désespérément un «nouveau Zinédine Zidane» depuis des lustres. En Italie, c'est d'un «nouveau Marco Pantani» dont on a impérativement besoin. Alors quand à 23 ans, Aru avait pris le maillot blanc de meilleur jeune sur le Giro et que la saison suivante, il a enchaîné 3e place sur le Tour d'Italie et 4e rang sur la Vuelta, la Botte a pris feu. Depuis, il n'a jamais vraiment confirmé les folles attentes placées en lui, mais reste un fameux grimpeur, qui aura largement la possibilité de s'exprimer une fois qu'il aura assez perdu de temps au général. Juste histoire de relancer un peu l'amour des tifosi.


Stéphane Rossetto (Fra/Cofidis)

Les Français aiment les glorieux perdants et le coureur de 32 ans a une bonne gueule à finir avec la lanterne rouge. A son âge avancé, il va enfin découvrir le Graal du cycliste en disputant son premier Tour de France en carrière. Bien malin celui qui aurait pu prédire ça il y a q encore quelques semaines. Car à l’entraînement, en mars dernier, il s’était fracturé la hanche après avoir pris un chat dans les rayons de sa machine. «Quand j’étais en béquilles, ma grand-mère qui a 90 ans était plus en forme que moi, marchait mieux que moi, a-t-il dit vendredi dans Libération. Quand j’ai repris le vélo, j’ai fait un quart d’heure à 100 watts sur home-trainer, avec la jambe droite qui ne se levait pas.» S’il part en échappée et que le peloton joue au… chat et à la souris, il risque d’avoir quelques frayeurs.


Mathias Frank (Sui/AG2R La Mondiale)

On est bien loin, c'est vrai, du Mathias Frank des grandes années, leader de l'équipe IAM sur le World Tour, 2e du Tour de Suisse et 4e du Tour de Romandie en 2014. Rien à voir avec le Lucernois d'aujourd'hui 32 ans, qui réussissait une formidable 8e place à Paris sur le Tour de France, grâce notamment à une échappée au long cours dans la montagne. Non, aujourd'hui, Mathias Frank est engagé comme équipier modèle du Français Romain Bardet, qui rêve de bousculer la hiérarchie de la Grande Boucle. Cette nouvelle casquette colle parfaitement au timide Suisse, qui sera un lieutenant parfait et pourrait aussi aller servir de relais à l'avant dans les Pyrénées et les Alpes. Et là, qui sait, sur un malentendu...


Michael Woods (Can/Education First)

Comment ne pas aimer ce parfait francophone venu d’Ottawa, qui avait battu les records nationaux du mile et du 3000 mètres dans ses vertes années? Michael Woods était un vrai coureur de fond de haut niveau et ne pratique le vélo à plein temps que depuis cinq ans et quelques. Cette saison, celui qui apprend encore un peu son métier, au fond, à 32 ans, était dans le coup dès que la route s’élevait. Il va aussi assez vite au sprint et avait réussi d’étonnantes 5es places sur La Flèche Wallonne et l’Amstel Gold Race. Autant dire que le Monsieur sait un peu tout faire. Ça tombe bien, il y en aura pour tous les goûts sur ce Tour de France 2019.


Julien Simon (Fra/Cofidis)

En France, il y a une malédiction bien connue pour les gens qui portent des doubles prénoms. Henri Paul était le chauffeur de Lady Di, Emile Louis, Patrick Henry et Guy Georges ont tué beaucoup de gens, Herbert Léonard a essayé de faire de la musique, Patrick Sébastien aussi, Christian Jeanpierre a agacé tout un pays sur TF1 et Clara Morgane… Enfin, vous voyez le truc. Et bien on vous conseille de suivre attentivement Julien Simon. Car l’homme est régulièrement classé, mais jamais gagnant, comme sur le dernier championnat de France bouclé à la 3e place. Explosera-t-il cette année à 33 ans? Rien n’est moins sûr. Mais s’il y a une grosse chute collective, il serait logique qu’il en soit l’instigateur.

Créé: 07.07.2019, 11h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.