Mardi 19 novembre 2019 | Dernière mise à jour 21:01

Cyclisme Nicolas Portal: «Nous sommes très confiants»

Le directeur sportif d’Ineos dit pourquoi il pense qu’il n’y aura aucun problème entre les deux leaders de l’équipe, Geraint Thomas et Egan Bernal.

Nicolas Portal.

Nicolas Portal.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chris Froome est absent et Geraint Thomas vient de chuter au Tour de Romandie… Comment Ineos aborde-t-il ce Tour de France?

L’absence de Chris, ça fait juste bizarre. Ne pas avoir avec nous le boss de ces dernières années, alors que nous étions quasi en permanence avec lui depuis dix ans, ça crée un manque. Au niveau performance, quand on sort un tel calibre d’une équipe, ce n’est pas l’idéal. Mais en même temps, tout s’est très bien passé en termes de planification, même si le retrait de Sky a un peu compliqué les choses. Nous, on s’est concentré sur la compétition. Geraint, malgré sa chute au Tour de Suisse, arrive très en forme. Quant à Egan (ndlr: Bernal), vainqueur de deux courses Pro Tour cette année (Paris-Nice et le Tour de Suisse), il ne cesse de progresser. Donc oui, nous sommes très confiants.

Comment les choses vont-elles se passer, avec vos deux leaders?

Ce n’est pas que nous voulons faire de secrets, mais c’est assez complexe. Il faudra réfléchir au jour le jour. En l’absence de Chris, l’idée consistait à renforcer l’équipe et son esprit. Je pense que nous avons largement les capacités de supporter Geraint et Egan, dont les profils physiques sont un peu différents, ce qui donnera pas mal d’options à l’équipe.

Un mot sur Egan Bernal, l’étoile montante?

Pour ses 22 ans, il est déjà très mature. A son âge ou même plus tard, beaucoup de coureurs ont tendance à se concentrer sur leurs performances personnelles. Lui est assez lucide pour comprendre que, quoi qu’il arrive, il faut travailler en équipe. Il gagne en expérience, il écoute beaucoup, mais sans perdre de sa fougue – c’est important qu’il la garde. Comme Geraint, c’est un gagnant. Mais il sait rester calme et réfléchi.

Et Geraint Thomas, dans quel état d’esprit se trouve-t-il?

Je le sens bien. Quand on a déjà gagné une course comme lui sur le Tour 2018, l’avantage, c’est qu’on sait qu’on peut le faire. Il est serein, fin, on l’a senti très fort aux entraînements. Il est déjà dans sa course, il sait ce qu’il a à faire. J’ai vraiment confiance.

Vous évoquez deux esprits gagneurs. Cela ne peut-il pas semer des embrouilles au sein de l’équipe, suivant les circonstances?

Je suis sûr qu’avoir deux leaders constituera un avantage. Il faut simplement se parler, chose que nous faisons depuis des mois, et avoir confiance les uns en les autres. On ne peut jamais être sûr de rien. Mais quand on parle avec Egan, on sent cette culture latine, cet esprit ultra sincère où une poignée de mains suffit pour se faire confiance. Ça aide beaucoup, parce que les gars souffrent ensemble. Là, je les sens très soudés. Le plus important, c’est la cohésion, la volonté de ramener ce maillot jaune à Paris. Je me dis toujours qu’un jour, cela s’arrêtera, comme en 2014 quand Chris a chuté et que Richie était malade. Il faudra aussi être bon le jour où cela arrivera, mais j’espère que cela ne sera pas cette année. En tout cas, je sens qu’entre Geraint et Egan, ça colle.

Qui seront leurs principaux adversaires?

Je n’aime pas trop donner de noms. Les dix premiers jours, nous devront être attentifs à tout le monde. Même si certains perdent un peu de temps à la Planche des Belles Filles, il ne faudra pas les perdre de vue. On sait bien qui a déjà gagné un grand tour, qui est dangereux.

L’absence de Chris Froome et le changement de nom de l’équipe rendront-ils le public moins hostile envers votre équipe?

J’espère que les gens seront un peu plus calmes (rires). Cette année, à chaque fois que nous avons couru en France, nous n’avons pas eu le moindre problème. Sur le Dauphiné, tout s’est très bien passé. Le public avait besoin d’un peu de temps pour comprendre un peu mieux ce qui se passait dans notre équipe. Peut-être aussi que certaines personnes, assez populaires dans notre métier, ont communiqué des choses fatales pour nous, alors qu’ils ne connaissaient pas le dossier.

Créé: 06.07.2019, 09h33

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.