Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 03:18

Cyclisme Simon Pellaud brise son vélo en pleine course

Le cycliste valaisan a eu un accident peu banal en plein sprint, dimanche au Tour du Doubs. Fort heureusement, il n'a (presque) rien.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cycliste valaisan Simon Pellaud (26 ans, IAM Excelsior) a été victime d'une chute spectaculaire, mais heureusement sans conséquences graves, à l'arrivée du Tour du Doubs, dimanche à Pontarlier. Lancé dans le sprint pour la deuxième place d'une course qui a été remportée en patron par Stefan Küng, Pellaud a subitement vu sa fourche se briser. Perdant totalement la maîtrise de son vélo, le Martignerain a chuté juste après avoir franchi la ligne d'arrivée en total déséquilibre. Il a finalement été cinquième.

Joint par téléphone au lendemain de sa mésaventure, Simon Pellaud a commencé par donner des nouvelles rassurantes de son état de santé: «Fort heureusement, je n'ai presque rien. Juste quelques hématomes. Mais j'ai tapé fort avec ma hanche. Là, je suis en route pour l'Italie. Je participerai au Tour de Toscane mercredi et à la Coppa Sabatini jeudi.»

Revenant sur son accident, Pellaud était encore sous le choc, ce que l'on peut comprendre (voir vidéo ci-dessus): «C'est une sensation que je ne suis pas près d'oublier. Comme tous les cyclistes, j'ai déjà chuté. Mais ça, c'est la pire chose qui puisse arriver à un coureur. On ne peut tellement pas s'y attendre.»

C'est à environ 200 mètres de la ligne que les ennuis de Pellaud ont commencé: «Le pivot de ma fourche a lâché, et je me suis retrouvé avec le cintre en bas. J'ai réussi à stabiliser le tout et j'ai pu continuer de rouler. Mais dans les tout derniers mètres, un coureur m'a dépassé par la gauche, ce qui m'a obligé à piquer à droite. C'est là que tout a cassé et que j'ai perdu le contrôle. Au final, il y a plus de peur que de mal, mais ce genre d'accidents, ça marque. Se retrouver avec le cintre en main, détaché du vélo, et ne plus rien pouvoir contrôler, c'est vraiment une sensation très spéciale.»

Surtout, Simon Pellaud regrette d'avoir raté une deuxième place qui lui tendait les bras. «Le petit groupe (de quatre) que nous formions derrière Küng n'était composé que de grimpeurs, sauf moi, explique-t-il. Je suis sûr que si je n'avais pas eu ce problème mécanique, j'aurais réussi à décrocher la deuxième place. C'est dommage, parce que cette course me tenait à cœur: je voulais montrer à Swiss Cycling qu'on avait eu tort de ne pas me sélectionner pour les Mondiaux (ndlr: Pellaud n'est que réserviste). Une deuxième place derrière Stefan aurait été la meilleure des réponses.»

Depuis son accident, Simon Pellaud n'a pas eu le temps d'analyser son vélo pour comprendre ce qui s'est passé. «Mais il va falloir mener une petite enquête, conclut-il. Je tiens à savoir pourquoi la potence et le cintre ont pu casser comme ça.»

Renaud Tschoumy

Simon Pellaud a eu très chaud dimanche à Pontarlier. Image: Twitter.

Créé: 16.09.2019, 15h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.