Samedi 4 avril 2020 | Dernière mise à jour 14:41

Cyclisme Le Tour à huis clos? «Pour le moral des gens, je suis partant»

Un Tour de France à huis clos, est-ce réaliste? Les avis de Richard Chassot et Sébastien Reichenbach.

Sébastien Reichenbach, avec son maillot de champion de Suisse, sur le Tour de France 2019.

Sébastien Reichenbach, avec son maillot de champion de Suisse, sur le Tour de France 2019. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

S'il existe dans le monde du sport deux expressions a priori antinomiques, ce sont «Tour de France» et «huis clos». Comment le plus grand spectacle sportif gratuit du monde pourrait-il s'extraire du regard de ses inconditionnels? Le cyclisme est le sport populaire par excellence: le seul qui va vers son public, sans barrière ni billetterie.

Telle est pourtant la proposition faite jeudi par Roxana Maracineanu, ministre de sports française. «Tout le monde a compris les bénéfices de rester chez soi et donc de privilégier plutôt le spectacle télévisé que le spectacle en live, a-t-elle déclaré sur France Bleu. Au fond, ce ne serait pas si pénalisant puisqu'on pourrait suivre le Tour à la télévision.» Vraiment? À l'heure où l'Euro et les JO ont été reportés d'un an, est-ce réaliste d'imaginer une Grande Boucle qui tourne sans spectateur?

Comment interdire le public?

«J'ai été surpris, concède Richard Chassot. Il faudrait déjà s'entendre sur la définition du huis clos. La méthode a été pratiquée lors des dernières étapes de Paris-Nice. Le but était d'éviter les contacts entre le public et les coureurs et elle concernait surtout les zones de départ et d'arrivée. Mais c'était il y a un mois; le monde a bien changé depuis.»

Et le grand patron de Tour de Romandie de se projeter vers ce qu'impliquerait une telle décision. «La situation actuelle interdit les rassemblements alors qu'une équipe professionnelle est une PME qui rassemble au moins 30 personnes chaque soir dans un hôtel. Est-ce possible de bloquer le trafic avec les impératifs du moment? Comment interdire aux gens de se rendre au bord de la route? J'ai l'impression que les CRS ont autre chose à faire. Et la production TV? Le direct de France TV exige l'implication d'au moins 300 personnes. Je comprends l'importance sociale et économique du Tour mais je m'interroge sur la crédibilité d'une telle annonce.»

«Si la sécurité est assurée...»

Depuis son domicile, Sébastien Reichenbach se pose les mêmes questions mais y ajoute une pointe de volontarisme. «Le huis clos, je dirais que c'est possible. Même si une fête comme le Tour sans public, c'est difficilement imaginable. Mais en même temps, tous les sports sont à l'arrêt et les gens risquent progressivement de s'ennuyer. Si la sécurité de toutes les personnes impliquées est assurée et que le Tour à la télévision peut divertir la population, lui remonter le moral, je suis partant.»

Porté par un élan d'altruisme, le champion de Suisse concède toutefois que «ce Tour ne resterait pas dans l'histoire, qu'il manquerait de charme.» Mais pour sa validité sportive, le grimpeur de la FDJ ne se fait aucun souci. «Vous savez, on court toute l'année et il n'est pas rare d'arriver au sommet d'un col devant trois personnes. Si vous mettez des coureurs sur la ligne de départ, tout le monde va se prêter au jeu. On est des compétiteurs, tout le monde serait à fond.»

Déficit d’entraînement

Pour Sébastien Reichenbach, le problème est ailleurs. Pour assurer un Tour de France de qualité, même à huis clos, il faut s'entraîner. «Pour l'instant, on s'entretient. On ne s'entraîne pas. Même si je suis théoriquement autorisé à sortir, j'ai décidé de rester en «home-trainer» pour ne pas prendre le risque de me blesser et d'engorger les hôpitaux. Or on ne peut pas préparer un Tour de France en s'entretenant.»

Du coup, quand est-ce que le peloton devrait pouvoir au plus tard remonter sur sa selle pour avoir une chance de boucler les trois semaines d'effort dans de bonnes conditions? «Il faudrait pouvoir sortir à nouveau fin avril, répond Sébastien Reichenbach. On a besoin d'au moins deux mois. Et puis dans l'idéal, on devrait pouvoir s'aligner sur une compétition juste avant. Ça semble un peu juste quand même.» En effet.

Mathieu Aeschmann

Créé: 26.03.2020, 19h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.