Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 00:05

Equitation Dopage - Endurance: Cheikh Mohammed diligente une enquête privée

Cheikh Mohammed Bin Rachid Al Maktoum, émir de Dubaï et champion du monde d'endurance, a diligenté une enquête privée après que des produits vétérinaires illicites destinés à sa pléthorique écurie de chevaux, eurent été saisis par les autorités britanniques en mai et août.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Lord John Stevens, ancien chef de la police de Londres, a été chargé de cette mission d'investigation pour rétablir l'honneur du souverain, déjà mis à mal par une affaire de dopage qui avait ébranlé son empire hippique au printemps dernier.

Une vingtaine de pur-sang de l'imposante écurie Goldophin, basée à Newmarket (nord de Londres), avaient été contrôlés positifs aux stéroïdes anabolisants en avril. Unique responsable pour l'Autorité des courses britannique (BHA), l'entraîneur Mahmood Al Zarooni avait écopé d'une suspension de huit ans.

La princesse Haya de Jordanie, 4e épouse du dirigeant et par ailleurs présidente de la Fédération équestre internationale (FEI), a également été mise à contribution dans la mission de Lord Stevens, indique une source proche du dossier, même si l'enquête ne relève pas de l'organisme international.

La FEI a classé les médicaments en trois gammes: autorisés, contrôlés et interdits. Ceux saisis en Angleterre, à bord d'un avion appartenant au gouvernement de Dubaï et aussi près de Newmarket, dans l'établissement réservé aux chevaux d'endurance de cheikh Mohammed, appartiennent à la deuxième catégorie, s'agissant majoritairement d'anti-inflammatoires.

"Ils sont utilisés pour les soins et ne doivent simplement pas être retrouvés lors de contrôles en compétition. Mais ils auraient dû être déclarés aux douanes et leur quantité (une cinquantaine de kilos, ndr) intrigue", résume Jacques Nardin, vétérinaire-préleveur agréé par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).

Président de la Fédération suisse des sports équestres (FSSE), Charles Trolliet souligne que l'endurance, qui propose des parcours de quelque 160 km, est la discipline équestre la plus touchée par le dopage.

Et plus de 80 % des cas concernent des cavaliers du Golfe (Emirats arabes unis, Bahreïn, Qatar).

asc/ig (AFP/Le Matin)

Créé: 03.10.2013, 17h11