Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 13:36

Football Ligue des Champions: Paris SG, le coup de la panne ? (COMMENTAIRE)

PARIS, 06 nov 2013 (AFP) - Auteur mardi d'un très terne match nul face à Anderlecht (1-1), le Paris SG a livré sa plus mauvaise prestation depuis plusieurs semaines et a remis à plus tard sa qualification pour les 8e de finale de la Ligue des Champions, sans pour autant susciter beaucoup d'inquiétude.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Suffisants ou insuffisants ? Voir les joueurs parisiens buter sur une équipe démolie 5-0 au match aller il y a deux semaines pourrait faire naître le soupçon d'une certaine arrogance. Mais cette thèse n'est en fait pas si facile à accréditer. Ibrahimovic et les siens n'ont pas spécialement abusé des petits ponts et des talonnades, ils ont surtout manqué d'un peu de qualité et d'un peu de jus. "Je ne parlerai pas de manque d'envie ou d'investissement. On a simplement été trop moyen dans tous les domaines (...) C'est une bonne piqûre de rappel, je trouve", a ainsi jugé l'entraîneur Laurent Blanc. L'ancien sélectionneur des Bleus a tout de même pointé un risque, celui de se voir trop beau en écoutant un peu trop attentivement les éloges qui se multiplient pour ce séduisant PSG. "On gagne sur le terrain, pas avant. Si on écoute tout ce qu'on dit sur le PSG, son milieu, son jeu, son entraîneur, il n'y a qu'à rentrer sur le terrain et c'est gagné. Mais les équipes en face, qu'est-ce qu'elles font ?", s'est-il ainsi interrogé.

Elles s'organisent en conséquence, pourrait-on lui répondre. Pendant près d'une heure mardi, les Parisiens n'ont ainsi pas su mettre suffisamment de rythme et de fantaisie pour contourner l'impressionnante ligne de six dressée devant leur but par les Belges et ils se sont contentés de multiplier les passes, en vain. Le déchet technique a en outre été beaucoup plus important qu'à l'habitude, notamment dans les relances de l'arrière, base du projet de jeu de Blanc. Résultat, Anderlecht qui avait très peur en début de match était beaucoup plus rassuré après une demi-heure et a pu tenter quelques coups. Un peu déçus de ne pas avoir validé dès la quatrième journée leur qualification (un point leur suffira néanmoins dans 15 jours contre l'Olympiakos pour assurer la première place du groupe), les joueurs n'étaient pas inquiets pour autant, et invoquaient plutôt une panne passagère. "On va retenir notre force de caractère qui nous a permis de revenir au score. De toute façon on ne gagnera pas tous nos matches 4 à 0", relevait ainsi Matuidi, alors qu'Ibrahimovic se disait déjà tourné vers le match de samedi contre Nice en Ligue 1. Toujours invaincus en championnat, les Parisiens pourront s'appuyer sur leur réaction après le but d'Anderlecht, puisqu'ils ont égalisé deux minutes après. Après être déjà revenus de 2-0 à 2-2 contre Saint-Etienne il y a 10 jours, ils ont montré que même dans un mauvais jour, la défaite n'était pas pour eux une option. La dernière (hors tirs au but) remonte d'ailleurs au 2 mars face à Reims (1-0).

stt/kn/jgu (AFP/Le Matin)

Créé: 06.11.2013, 17h01


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?