Lundi 24 juin 2019 | Dernière mise à jour 17:23

Football Mondial-2014/Qualifications - Espagne: Sergio Ramos, jeune centenaire (MAGAZINE)

Par Christophe LEHOUSSE MADRID, 25 mars 2013 (AFP) - Le défenseur central de l'équipe d'Espagne Sergio Ramos, devenu vendredi à 26 ans le plus jeune joueur d'Europe à atteindre les 100 sélections, va de nouveau affronter la France, une habitude pour lui, lors d'un match crucial mardi en qualifications au Mondial-2014.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déjà buteur à l'aller, à Vicente-Calderon (1-1), le stoppeur du Real Madrid commence en effet à être un vieil habitué des matches contre les Bleus.

Parmi les 100 sélections que le champion du monde et double champion d'Europe a fêtées vendredi lors d'un match au goût amer contre la Finlande (1-1), il compte ainsi déjà quatre Espagne-France à son actif, le bilan se répartissant en deux victoires, un nul et une défaite.

D'ailleurs, interrogé récemment par le journal Marca sur le match qu'il souhaiterait rayer de sa mémoire parmi les 100 capes qu'il détient désormais, Ramos n'avait pas hésité: l'Espagne-France des 8e de finale du Mondial-2006, où le jeune défenseur central, alors encore sous la férule de son mentor Luis Aragones, avait subi la loi de Zidane et compagnie (défaite 3-1).

"C'était mon premier Mondial et mon premier grand match. Heureusement, nous avons pu leur rendre la monnaie de leur pièce plus tard", confiait Ramos au quotidien espagnol en faisant allusion aux quarts du dernier Euro-2012, où l'Espagne, sur sa route vers le titre, avait éliminé les Bleus (2-0).

Mardi, le joueur d'origine andalouse, associé en sélection au Barcelonais Gerard Piqué, entame donc un autre chapitre de ses confrontations contre la France.

Et cette fois-ci, le Merengue pourrait retrouver sur le terrain non pas un, mais deux partenaires de club face à lui.

Car outre Benzema, que Ramos a défendu lundi des critiques que l'ancien Lyonnais reçoit actuellement pour ses prestations en sélection, l'Espagnol devrait aussi être opposé à celui avec qui il a pris l'habitude de partager la charnière centrale madrilène: Raphaël Varane.

"Il fait preuve d'un très bon rendement. Il n'a aucune faiblesse et a montré une progression impressionnante", commentait-il récemment à l'égard de son alter ego de 19 ans.

Mais si Varane a pu exploser à ce point cette saison avec le Real, l'assurance dégagée par Ramos n'y est pas étrangère.

D'un calme impérial dans l'axe, doté de qualités athlétiques impressionnantes, le joueur natif de Camas, près de Séville, s'est en effet imposé en l'espace de deux ans comme l'un des hommes forts du Real et de la Seleccion.

Initialement arrière droit, son replacement dans l'axe à l'initiative de son entraîneur de club José Mourinho,peut être considéré comme un franc succès. A ce poste, cet admirateur de Fernando Hierro, ancien central du Real et de la Roja, donne effectivement sa pleine mesure.

A ses qualités physiques évidentes et à son sens du but - 9 réalisations en rouge, essentiellement à l'issue de corners, comme par exemple contre la France à l'aller - le Madrilène joint en outre une force de caractère hors du commun.

Sa "panenka" face au Portugal lors des tirs au but en demi-finale de l'Euro-2012 (0-0 a.p., 4-2 t.a.b. pour l'Espagne), après son penalty manqué avec le Real face au Bayern en demi-finale de la dernière Ligue des Champions, avait ainsi marqué les esprits.

Son seul défaut serait peut-être une certaine propension à se déconcentrer, comme en attestent certains des buts encaissés sur coups de pied arrêtés cette saison avec le Real. En 8e de finale aller contre Manchester United (1-1), Ramos avait par exemple perdu son duel direct avec Welbeck, se voyant ensuite directement montré du doigt par Mourinho.

Mais le jeune centenaire a prouvé qu'il avait le cuir épais et la mentalité nécessaire pour rebondir.

cle/ybl/bvo (AFP/Le Matin)

Créé: 25.03.2013, 16h38


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Les chroniqueurs du Matin Dimanche


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?