Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 03:09

Japon Sumo: un lutteur bulgare prône une approche plus scientifique de l'entraînement au Japon

Un sumotori bulgare retraité, Kotooshu, estime dans une interview publiée dans la presse nippone cette semaine, que les lutteurs japonais doivent aborder l'entraînement de manière plus scientifique s'ils veulent mettre fin à la domination des étrangers sur ce sport traditionnel.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

"En Bulgarie, nous pratiquons un entraînement très efficace en coopération avec les formateurs, entraîneurs et médecins. Nous analysons aussi les données pour devenir plus forts", a-t-il expliqué au Mainichi Shimbun.

"Ici, (quand je suis arrivé) je me suis demandé à quel siècle on vivait. S'ils s'entraînaient de manière plus logique, ils pourraient devenir beaucoup plus forts, et même battre des lutteurs étrangers", a assuré Kotooshu, Kaloyan Mahlyanov de son vrai nom.

Ce géant de 2,02 mètres, surnommé le "David Beckham du sumo" pour sa silhouette plutôt "élancée" malgré l'absence de ressemblance avec l'ancien footballeur, a été recruté dans l'archipel en 2002, à l'âge de 18 ans.

Natif de Veliko Tarnovo (Bulgarie) Kotooshu est le premier européen à avoir été promu en 2005 au rang d'"ozeki", deuxième plus haute distinction, et à avoir remporté le tournoi d'été de Tokyo en 2008. Marié à une Japonaise, il a été naturalisé en janvier.

Ces dernières années, les étrangers, en particulier les mongols, ont raflé les plus grands titres, suscitant de grands débats chez les traditionalistes.

Kotooshu, dont le chignon sera symboliquement coupé le 4 octobre lors d'une cérémonie officialisant la fin de sa carrière, espère désormais devenir entraîneur afin de transmettre son savoir à ses disciples. "Le sumo est toute ma vie", a souligné le Bulgare de 31 ans.

kh/anb/kap/ig (AFP/Le Matin)

Créé: 25.09.2014, 08h58