Jeudi 9 juillet 2020 | Dernière mise à jour 09:56

Football 1000 spectateurs, qu'est-ce que ça changerait?

En attendant la décision du Conseil fédéral, des dirigeants romands de Super et de Challenge League prennent la parole.

Mille personnes pourraient bientôt garnir à nouveau La Maladière à Neuchâtel...

Mille personnes pourraient bientôt garnir à nouveau La Maladière à Neuchâtel... Image: KEYSTONE

S'inspirer de l'Angleterre...

Daniel Koch a rappelé lundi que s’il est favorable à des matches avec public dès le mois de juillet, il a aussi exigé des conditions. Tout d’abord que la courbe des infections soit aussi positive qu’elle l’est actuellement. Et surtout que les milieux sportifs s’engagent sur un point cardinal: la traçabilité des supporters. Autrement dit qu’ils soient identifiables; qu’on sache où le fan s’est assis dans le stade et à côté de qui, tout en les espaçant.

Et si les dirigeants helvétiques s’inspiraient de ce qui se passe en Angleterre? Outre-Manche, il est en effet compliqué d’acheter un billet sans décliner son identité. Il est même obligatoire, dans certaines divisions et certains clubs, de faire partie des membres du club pour obtenir un sésame. Cela pourrait être une solution. Surtout pour Genève, Sion, Neuchâtel et Sion où une grande partie des sièges sont habituellement vides...

C.MA.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Son intervention est forcément très attendue dans tout le pays. C’est donc ce mercredi, que le Conseil fédéral devrait redonner le sourire à des milliers de fans de football en Suisse.

Après plus de deux mois de «sevrage», tout le monde dans le milieu du ballon rond a hâte en effet qu’il entrouvre les portes des stades. Qu’il permette en effet, dans un premier temps, à 1000 personnes, 1000 privilégiés, de s’asseoir dans une tribune dès le 20 juin si le championnat devait reprendre ses droits. Ce premier pas vers la normalité devrait permettre à des clubs de souffler quelque peu, notamment avec le secteur VIP, même si, le virus a causé de gros dégâts dans tous les domaines. Alors qu’on recommence à avancer progressivement, à tâtons, avec toujours autant de restrictions, qu’en pensent les clubs professionnels de Super et de Challenge League?

Si du côté de Servette FC, on préfère attendre la déclaration du Conseil fédéral avant de s’exprimer, à Sion, on se dit déjà très satisfait de cette nouvelle, même si son président Christian Constantin avait une proposition avec 3000 spectateurs; autrement dit, 1000 dans la tribune principale, 1000 en face de celle-ci, et 500 personnes derrière chaque but.

A Sion, le secteur visiteur fermé

«Maintenant, explique Tim Guillemin, responsable de la communication à Tourbillon, je pense que dans certains stades, comme à Genève, on pourrait facilement accueillir entre six à huit mille spectateurs, estime-t-il. Cela dit, 1000 personnes c’est déjà ça, c’est dans tous les cas une grosse plus value économique par rapport à un huis clos. J’espère aussi que, outre l’Hospitality pour nos sponsors, nous pourrons ouvrir une buvette pour nos fans.» Avant de préciser que le secteur visiteur restera, dans ces conditions, encore fermé pour éviter tout débordement. «Et si le championnat recommence maintenant à 1000, on va choisir parmi nos abonnés qui pourra assister aux rencontres.»

A Neuchâtel, on réfléchit

A Neuchâtel Xamax, on réfléchit également à une solution pour être le plus équitable possible avec tout le monde. «On ne peut pas dire à un fan qui met toutes ses économies pour s’offrir un abonnement à 400 francs qu’il ne peut voir qu’un match sur deux et privilégier ceux qui ont les moyens de payer 7000 francs pour une loge, soupire le président Christian Binggeli. J’ai l’impression qu’on a de la peine à se montrer juste pendant cette pandémie. Avec un tirage au sort, on va forcément faire des malheureux. Qu’est-ce qu’on va dire à ceux qui nous soutiennent depuis le tout début de notre aventure? Alors bien sûr, si on nous ne demande pas un gros système de surveillance, cela pourra nous ramener un peu d’argent, sinon, comme l’ont décidé certains restaurateurs, s’il y a trop de contraintes, mieux vaut rester fermés. Difficile d’être juste, mais chaque président à son idée.»

A Lausanne, on est évidemment ravi de la tournure que les événements prennent, de ce premier pas dans la bonne direction. Mais pas seulement pour des raisons sportives évidentes et cette promotion qui tend les bras aux Vaudois. «Nous, on va travailler dans un premier temps avec nos abonnés, nos clubs de soutien et nos partenaires pour leur donner la priorité, explique Vincent Steinmann, directeur commercial et marketing du club de la Pontaise. Et comme on sera plus de 1000, on va procéder à des inscriptions pour tenter de contenter les gens au mieux. C’est de toute manière mieux qu’un huis clos et un bon premier pas. Si on se montre efficaces et précautionneux sanitairement, on pourra très vite avoir plus de monde au stade...» C’est aussi l’avis de Pablo Iglesias, directeur technique du Lausanne-Sport. «1000 personnes, cela change déjà la dynamique et le modèle économique, se réjouit l’ancien joueur et entraîneur des «bleu et blanc». On n’est surtout plus dans l’immobilisme et l’arrêt complet, cela est très important, ne serait-ce pour un sponsor, pour un club, pour les fans. De savoir que son équipe est en activité, qu’elle est en vie, que l’économie se remet en marche, c’est capital. Même si ce n’est pas à la vitesse de croisière qu’on souhaiterait, le football reprend, comme tous les autres professions, c’est déjà un premier pas.»

Parfait pour le Stade!

Président du Stade Lausanne-Ouchy, Vartan Sirmakes est également content de cette probable décision, conscient que son club, à... Nyon, n’attire pas plus de 1000 spectateurs par match. «C’est parfait pour nous qui sommes dans le créneau, se marre celui qui est aussi le boss du Stade Nyonnais. On n’a pas à gérer, comme Bâle ou Young Boys 20 à 25'000 spectateurs, c’est donc la bonne taille pour nous pour l’instant. Les choses repartent dans le bon ordre.»

Christian Maillard

Créé: 26.05.2020, 20h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.