Vendredi 6 décembre 2019 | Dernière mise à jour 06:39

Football Les 5 façons de ne pas aller à l’Euro

Depuis de longues semaines, on prend comme acquis de battre Gibraltar sur la route de la qualification à l’Euro 2020. On a tenté de dénicher des scénarios vraiment catastrophes.

O'Mlin a déjà ses bagages de prêts pour retourner en Irlande.

O'Mlin a déjà ses bagages de prêts pour retourner en Irlande. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si on bat la Géorgie et que le Danemark fait nul en Irlande… Mais et si on est accroché par les Géorgiens et que les Danois l’emportent? Depuis que la Suisse a battu l’Irlande à Genève en octobre, les mathématiciens ont sorti leur calculette et révisé leurs fondamentaux pour connaître le nombre de points nécessaires pour passer la rampe. Souvent, même quasiment tout le temps, trois points contre l’une des plus faibles formations de la planète semblaient évidents.

Alors histoire de parer à toutes les éventualités, on a longuement pensé à ce qui pourrait éventuellement foirer. Le truc de «le ballon est rond il n’y a plus de petites équipes» ne tenant pas avec Gibraltar qui est une très petite équipe, on s’est creusé la tête pour imaginer des scénarios crédibles ou pas du tout qui feraient que la Suisse se retrouverait devant un barrage de tous les dangers au mois de mars prochain. Et il a fallu être inventif…


Des blessés à la descente de l’avion

L’aéroport de Gibraltar fait office de frontière avec l’Espagne. Longue de 1,2 kilomètre, cette «ligne de démarcation» terrestre avec un pays qui revendique depuis longtemps ce territoire d’outre-mer pour la couronne britannique est la plus courte du monde entre deux pays. La piste est traversée en son milieu par une route et, heureusement, tout grand-breton que soit ce territoire, on y roule aussi à droite. Mais forcément, lorsque des voitures passent à travers une piste d’atterrissage où des vols EasyJet et British Airways peuvent se poser, on n’est pas à l’abri de vivre des moments pas comme les autres. Ainsi, alors que le vol Swiss LX2020 vient d’arriver à bon (aéro)port, un Hispano-Gallo-Gibraltarien sort ivre d’un pub de ce petit bout de terre. Le choc entre la nacelle de débarquement et sa Renault R5 de 1977 est terrible. Une quinzaine d’internationaux helvétiques sont légèrement blessés et passent la nuit à l’hôpital. La Suisse déclare forfait et perd 3-0 sur tapis-vert. Il s’agit de la plus large victoire de l’histoire du football gibraltarien.


Omlin s’écrit en fait O’Mlin

Le gardien de Bâle l’avait caché depuis toujours. En vrai, il ne s’appelle pas Jonas Omlin, mais Jonah O’Mlin, originaire de la banlieue de Cork et dont les deux grands-parents sont Irlandais purs sucres. Déçus de ne jamais encore avoir été titularisé avec l’équipe de Suisse depuis le début de sa carrière, il a décidé de le faire payer à Vladimir Petkovic qui lui a pourtant donné sa chance à Gibraltar et de tout faire pour que son pays d’origine se qualifie pour l’Euro 2020. Il souhaite aussi venger l’épisode trop connu de la main de Thierry Henry contre son nouveau pays, qui s’est produit il y a dix ans et quatre jours. Dès le coup d’envoi, ça tourne à la farce. Le portier de Bâle se balade sur le pré, récupère des ballons dans les pieds de ses coéquipiers pour marquer contre son camp. Le coach national réagit trop tard et fait entrer Yvon Mvogo quand tout est perdu, alors que le score est de 17-2. La Suisse se rebelle en deuxième mi-temps, mais elle s’incline tout de même 17-10.


L’attaque des macaques de Barbarie

Ils sont environ 300 à peupler le «Rocher» et sont pour la plupart très bêtes. Mais comme ils sont nés à Gibraltar, y ont fait au moins 5 ans d’école et/ou ils ont des parents ou des grands-parents gibraltariens, ils ont le droit de jouer avec cette équipe nationale. Ce sont les textes de l’UEFA concernant ce petit bout de terre qui le disent. Du coup, quand ces singes catarhiniens de la famille des cercopithécidés ont envahi la pelouse à une vingtaine de minutes de la fin et que la Suisse ne menait que 0-2, ça a été la panique. Plusieurs joueurs suisses sont effrayés et fuient se réfugier dans leur hôtel pour aller faire des stories Instagram. Ils ne sont plus que quatre au Victoria Stadium quand la sécurité locale arrive à faire fuir les singes. Pas assez pour le règlement. La Suisse perd par forfait.


Le Rocher s’effondre

On l’a vu lundi soir, à Gibraltar, le temps peut vite changer. A deux heures et demi du coup d’envoi, le ciel a commencé à se voiler et les premiers nuages sont apparus. Ça a même rapidement tourné à la tempête. Les joueurs de Gibraltar connaissent leur pays et ont rejoint le stade au milieu de l’après-midi. La Suisse, elle, a pris son temps et son bus est arrivé un peu tard. Du coup, quand un éclair a frappé le célèbre Rocher et qu’un pan de la rocaille s’est détaché, la seule route qui mène au stade, la Glacis Road, a été coupée et un embouteillage monstre s’est créé. Les Helvètes ont tout tenté, de faire le tour par l’autre côté du pays ou de venir en ferry, rien n’y a fait. Ils ont manqué le coup d’envoi et l’arbitre n’a pu que constater un forfait. C’est ballot!


Il n’y a vraiment plus de petites équipes

Régulièrement découpée façon puzzle par ses adversaires dès que ceux-ci sont d’un certain standing, l’équipe de Gibraltar connaît un moment «Federeresque» ce lundi. Tous ses joueurs, amateurs ou semi-pros, sont «dans le zone» pour la partie contre la Suisse. C’est surtout le gardien local qui prend totalement feu, après que son coéquipier Chipolina a marqué en manquant un centre de 45 mètres, dévié par le vent dans les buts suisses. Les Helvètes ont beau tirer de partout, toucher trois fois les montants et finir avec sept attaquants, rien n’y fait. Les homme de Vladimir Petkovic s’inclinent 1-0 et encaissent le plus gros camouflet de l’histoire de leur football national. Dans le même temps, onze Danois qui ont trop fêté leur qualification s’inclinent sans combattre à Dublin (4-0). Le pire, c’est que ce scénario, finalement, est bien plus crédible que les quatre autres, non?

Créé: 18.11.2019, 16h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.