Mercredi 26 juin 2019 | Dernière mise à jour 07:59

FOOTBALL Brésil - Italie 4-2, Neymar et Balotelli font le show

Dans un match où les deux équipes se sont livrées sans trop calculer, la Seleção a battu la Nazionale et termine à la première place du groupe A. Les deux équipes disputeront les demi-finales.

Image: Vincenzo Pinto/AFP

Italie - Brésil 2-4 (0-1)

Arena Fonta Nova, Salvador da Bahia. 48’874 spectateurs. Arbitre: M. Irmatov (Ouz).

Buts: 45e Dante 0-1. 51e Giaccherini 1-1. 55e Neymar 1-2. 66e Fred 1-3. 71e Chiellini 2-3. 88e Fred 2-4.

Italie: Buffon; Abate (30e Maggio), Bonucci, Chiellini, De Sciglio; Aquilani, Montolivo (25e Giaccherini); Candreva, Diamanti (72e El Shaarawy), Marchisio; Balotelli.

Brésil: Julio Cesar; Dani Alves, David Luiz (34e Dante), Thiago Silva, Marcelo; Hernanes, Luiz Gustavo; Hulk (76e Fernando), Neymar (68e Bernard), Oscar; Fred.

Notes: L’Italie sans Pirlo (blessé) et De Rossi (suspendu), le Brésil sans Paulinho (blessé).
Avertissements: 8e David Luiz. 28e Neymar. 39e Marchisio. 44e Luiz Gustavo. 53e Maggio.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Brésil s’est arrogé la première place du groupe A et devrait a priori ainsi éviter l’Espagne en demi-finales de la Coupe des Confédérations après avoir battu l’Italie 4-2, samedi à Salvador à l’issue d’un match à l’intensité inversement proportionnelle à l’enjeu.

Les deux équipes étaient déjà qualifiées après les deux premières journées et lorgnaient la tête du groupe pour ne croiser, si possible, qu’en finale les champions du monde et d’Europe espagnols. Ce sera sans doute pour l’Italie, qui voudra se venger de la claque reçue en finale de l’Euro-2012 (4-0), quand le Brésil affrontera selon toute vraisemblance l’Uruguay.

Pour ce grand classique, entre les deux nations les plus titrées en Coupe du monde (5 fois pour la Seleçao, 4 pour la Nazionale), les deux sélectionneurs ont proposé de beaux collectifs, desquels se détachaient toutefois les deux stars qui ont, encore une fois, répondu présent. Neymar au premier chef: il a inscrit son troisième but en trois matches d’un coup franc somptueux, qu’il avait lui-même obtenu (55e). Après sa demi-volée du droit contre le Japon (3-0) et sa volée du gauche face au Mexique (2-0), il offrait ainsi une nouvelle facette de sa qualité technique, aussi spectaculaire que décisive. Ce n’était cependant pas le Neymar vu contre le Mexique. Dans le jeu, hormis quelques accélérations au milieu de terrain, il était cette fois plus discret, moins incisif; un peu émoussé peut-être. Il était d’ailleurs remplacé dès la 66e, par Bernard.

Doublé de Fred

Les coéquipiers de Neymar autour de lui compensaient largement, entre un Hulk très travailleur et un Fred qui trouvait enfin l’ouverture après deux matches à sec, par un doublé. Alerté par Marcelo, il résistait à Chiellini et faisait mouche en force (67e), avant de reprendre un ballon repoussé par Buffon consécutif à un tir du même Marcelo (89e). Le capitaine italien était décidément malheureux puisqu’il avait déjà offert de cette manière l’ouverture du score à Dante (45e+1), fou de joie, lui le natif de Salvador.

La deuxième star sur le terrain, c’était Balotelli. L’avant-centre italien a grandement pesé sur la défense brésilienne. Il a magnifiquement lancé sur la droite, d’un aile de pigeon, Giaccherini qui égalisait en croisant bien sa frappe (51e), et son coup franc serait allé en pleine lucarne sans l’intervention de Julio Cesar (61e).

Les Brésiliens contrôlaient la partie et proposaient le plus de mouvement, de vitesse. Les Italiens, eux, sont encore montés d’un cran après le 2-1 de Neymar, mais ils ne se créaient leurs occasions les plus dangereuses que sur corners, entre la réduction du score de Chiellini (71e, 3-2) et la barre trouvée par Maggio (79e).

Si le faible enjeu empêchait que le match ne s’inscrive dans la filiation de la finale du Mondial-1970 (4-1 pour la bande à Pelé) ou de la rencontre du 2e tour du Mondial-1982, avec les Azzurri de Rossi qui éliminaient la Seleçao de Socrates et Zico (3-2), le score et l’intensité en avaient le parfum.

Créé: 22.06.2013, 23h23


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Les chroniqueurs du Matin Dimanche

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters


Sondage

Président de NE Xamax, Christian Binggeli a-t-il eu raison de ne pas demander l'Europe?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.