Vendredi 16 novembre 2018 | Dernière mise à jour 12:02

Football Constantin demandera des millions aux dirigeants du foot suisse

La perte de 36 points ordonnée vendredi par l'ASF ne calme - évidemment - pas l'architecte martignerain. Qui, depuis la Malaisie, promet que les «coupables» devront payer.

Christian Constantin rejette catégoriquement toute possibilité de recourir devant le TAS.

Christian Constantin rejette catégoriquement toute possibilité de recourir devant le TAS. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il faut plus que la perte de 36 points au classement pour désarçonner Christian Constantin. Depuis la Malaisie, où il traite des affaires prévues de longue date, le président sédunois a rappelé «Le Matin Dimanche» pour signifier clairement qu'il ne lâcherait rien dans le combat qui l'oppose aux sphères dirigeantes du football mondial, européen et suisse.

«Il n'y a pas besoin de chercher bien loin pour comprendre leur manière de fonctionner. Ce qu'ils veulent, c'est prendre des décisions qui t'obligent à aller au Tribunal arbitral du sport pour te faire débouter, rien d'autre. Et le TAS a beau répéter qu'il est indépendant, personne n'est dupe.»

Le soutien des grands clubs

De fait, Christian Constantin devrait porter l'affaire devant la justice civile à Berne pour attaquer l'Association suisse de football, comme il l'a fait à Nyon contre l'UEFA et à Zurich contre la FIFA. Il ne le confirme pas (encore), mais on devine bien que ce sera le cas dès son retour de Kuala Lumpur, en milieu de semaine prochaine.

Au-delà de cette punition qui prend des allures rocambolesques tant elle apparaît disproportionnée - «Même les clubs qui ont truqué des matches, triché ou dopé n'ont pas été punis aussi sévèrement» -, Constantin devient le porte-drapeau d'un mouvement de révolte qui prend gentiment forme en Europe.

«Dans mon action, j'ai le soutien des plus grands clubs et même du président des clubs européens Karl-Heinz Rummenigge. Tous me disent de continuer mon action, parce qu'ils ne peuvent pas la mener de leur côté. Il ne faut pas oublier que ce sont les clubs qui forment les joueurs, qui les paient et qui font vivre les dirigeants des associations. Et ces derniers t'imposent leurs diktats, alors même qu'ils sont rongés par des affaires de corruption et de droit de cuissage (sic!). Ces personnes doivent se rendre compte qu'elles sont en train de se noyer, que le temps de leur superbe est terminé et que le système va changer.»

Constantin dresse un constat impitoyable. «Ce n'est pas le football qui est malade, mais bien ses dirigeants, qui n'en sont de surcroît pas des vrais. Le président de la FIFA était un secrétaire qui a gravi les échelons à l'interne. Celui de l'UEFA a passé sa vie en cuissettes, et aujourd'hui il ne reste même pas jusqu'à la fin des matches auxquels il assiste. Enfin, celui de l'ASF était aussi un secrétaire qui a pris la place laissée vacante par un président.»

Et de résumer par une des métaphores dont il a le secret: «Si Dieu décide de devenir un homme, ce n'est pas grave, parce qu'il se mélangera aux autres hommes. Les problèmes surgissent quand un homme veut devenir Dieu.»

«Ils ne dormiront plus»

Face à «ces dieux qui n'en sont pas», Constantin restera ferme et fidèle à ses principes.

«On n'est pas loin d'une association de malfaiteurs, et ce genre d'associations n'est pas fait pour être couvert. Je ne peux que souhaiter à ces gens d'être suffisamment cohérents et forts pour assumer les conséquences financières qui vont leur arriver en pleine figure. Parce qu'ils devront payer. En m'enlevant 36 points, ils nuisent à tous les sponsors qui se sont engagés avec le FC Sion. Cette ardoise va se chiffrer en dizaines de millions de francs, et comme la Fédération ne pourra pas payer des montants pareils, ses dirigeants devront passer à la caisse à titre personnel. Je peux vous assurer que, bientôt, ces Messieurs ne dormiront pas tranquilles: en plus d'être embêtés pénalement, ils le seront financièrement.»

Suite de l'affaire en 2012. (Le Matin)

Créé: 01.01.2012, 10h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.