Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 12:08

Football Doit-on avoir peur de la Géorgie?

La Suisse affronte samedi après-midi la sélection géorgienne, en qualification pour l'Euro 2020. Doit-elle avoir peur? On en débat.

Vladimir Petkovic a prévenu les siens avant le match de Tbilissi.

Vladimir Petkovic a prévenu les siens avant le match de Tbilissi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La troupe de Vladimir Petkovic n'a que deux matches à disputer d'ici à la fin de la saison, avant de préparer la phase finale de la Ligue des Nations. Les Helvètes vont en Géorgie et recevront ensuite le Danemark mardi à Bâle. Doivent-ils avoir peur de leur première adversaire de l'année 2019? Les absences de Shaqiri, Seferovic ou encore Mehmedi sont-elles à même de faire trembler une formation qui semblait avoir enfin acquis des certitudes? Nos deux reporters sur place ont chacun leur avis.


Tim Guillemin: «Oui, il y a des raisons objectives de se méfier»

Attention! L'équipe de Suisse n'a aucune raison d'être trop confiante ce samedi après-midi au stade Boris-Paichadze. Plus de 50'000 Géorgiens seront là pour encourager leur équipe, qui sort d'une année 2018 très satisfaisante et a confiance en elle. La Suisse aussi est bien dans la tête après sa victoire face à la Belgique, mais ce match a une bonne gueule de piège pour Vladimir Petkovic et ses joueurs, surtout que la Nati va devoir se réinventer une attaque. La Suisse est favorite de ce match, mais il ne faut pas imaginer la Géorgie au même niveau que la Lettonie, Andorre ou les Féroé. Il y a de vrais joueurs de ballon dans la sélection du roublard Vladimir Weiss, même si elle n'a de loin pas la profondeur de l'effectif suisse.

Fabian Schär et ses coéquipiers ont largement les moyens de se rendre la vie facile, mais il ne faut pas croire que ce match est gagné d'avance, surtout pas. Sous-estimer cette équipe géorgienne serait une grande erreur, car elle possède un joueur par ligne qui aurait sa place dans l'effectif de l'équipe de Suisse: Solomon Kverkvelia, Jano Ananidze et Giorgi Chakvetadze, même si le dernier est absent ce samedi. La Géorgie n'est pas une nation mineure du football européen. Après son passé soviétique glorieux, elle est en plein renouveau depuis l'indépendance. Devoir se déplacer à Tbilissi pour le match inaugural, à un moment où tous les espoirs sont encore permis, n'est clairement pas un cadeau.


Robin Carrel: «Non. La Suisse est passée à un autre stade»

Il n'y a pas de miracles, dans un petit pays comme la Suisse. Une absence peut encore passer inaperçue; mais trois, bonjour les dégâts. Ça, c’est notre métier en allant sur un match de la sélection nationale que de vous le faire savoir. Comme c’est notre job de vous avertir des dangers que peuvent constituer tel ou tel joueurs de l’équipe adverse, d’ailleurs. Mais au bout d’un moment, à l’instant de rentrer sur la pelouse face à la Géorgie (91e du classement FIFA, soit l’équivalent de Tennys Sandgren à l’ATP ou encore du Pakistan au rugby. Je force le trait, c’est vrai), il faut quand même savoir raison garder et assumer, enfin, son statut. Mehmedi est malade? Zuber est dans la forme de sa vie. Seferovic est devenu le sauveur de la nation, mais s’est blessé? Embolo était notre plus grand espoir il y a encore quelques mois et a bien le droit de confirmer ces prochains jours. Shaqiri n’est pas là? Les souris dansent.

Vladimir Petkovic a cette fois le matériel à disposition, même si quelques-uns de ses cadres offensifs manquent. La Suisse a franchi un palier ces derniers mois et ces deux matches arrivent à point pour l’affirmer. En prime, pour une fois, la défense centrale donne des gages de haut, de très haut niveau. Elvedi - Schär - Akanji figurent parmi les meilleurs d'Europe à leur poste dernièrement. Sur les côtés, c’est expérimenté et costaud. Un cran en-dessus, la hiérarchie est établie. Alors pourquoi trembler face à une formation mineure du football? Ils auront beau être 50’000 à pousser en face. Il ne pourront rien face aux certitudes nouvelles d’une Suisse qui sait désormais ce qu’elle vaut. Ce n’est pas de l’arrogance que de l’affirmer. Notre sélection a changé contre la Belgique? C'est l'heure pile de le prouver. (nxp)

Créé: 23.03.2019, 13h24

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.