Lundi 19 novembre 2018 | Dernière mise à jour 13:55

Football «Je leur ai dit que c’étaient des touristes!»

Gabet Chapuisat n’est plus le coach du FC Bursins-Rolle-Perroy. Il n’en perd pas sa légendaire verve pour autant. Son président lui réplique.

Gabet Chapuisat n’est plus l’entraîneur du FC Bursins-Rolle-Perroy, lanterne rouge en 2e ligue vaudoise.

Gabet Chapuisat n’est plus l’entraîneur du FC Bursins-Rolle-Perroy, lanterne rouge en 2e ligue vaudoise. Image: Yvain Genevay

Le respect avant tout

Daniel Rezzonico met les choses au point. «Gabet a failli à sa tâche et il doit assumer. Son passage aura été de courte durée, ce qui n'a pas été le cas de son prédécesseur, Jean-Paul Lamon qui a, lui, bossé pendant 17 ans et réussi de très belles choses. Et les points obtenus par Lamon n’étaient pas seulement dus aux fondues ou aux grillades!»

Élargissant le propos, le boss de la Perrausaz détaille comment il conçoit le rôle d’un technicien. «Un club amateur, explique-t-il, c'est d’abord une famille. On a besoin de dialogue et de solidarité pour composer une équipe unie et un vestiaire engagé. Pendant un match, on coache l'équipe et on communique si besoin aux joueurs des directives claires, au lieu de gueuler sur les arbitres. Il faut donner envie d'avoir envie et le respect est nécessaire. C'est uniquement ainsi qu'on peut "pousser les joueurs dans les cordes" en matière d'exigences.» Pour le 2e tour, le FC Bursins-Rolle-Perroy a été confié à Nedzat Sadiku, l’actuel coach de la 2e équipe.

Gabet Chapuisat, lui, retournera à sa nouvelle passion - le journalisme sportif, une activité qu’il exerce déjà en tant que chroniqueur à La Côte. «Je me réjouis de pouvoir reprendre la couverture de la 2e ligue que j’avais volontairement mise entre parenthèses.» C’est stylo et bloc-note en main qu’il suivra désormais ses anciens joueurs dans leur tentative de maintien... / LM.ch

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Gabet Chapuisat (67 ans) n’est plus l’entraîneur du FC Bursins-Rolle-Perroy, lanterne rouge en 2e ligue vaudoise, une équipe qu’il avait reprise cet été. «C’est un échec sportif par rapport à ce que j’espérais faire, reconnait-il. J’ai hérité d’un groupe très faible, il y a eu une flopée de blessés. Bref, ça n’a jamais décollé. Il y avait aussi un décalage par rapport à mes exigences.» Après le premier tour, le club de la Côte ne compte que 6 points (avec 1 victoire et 3 nuls contre 9 défaites) - la barre est déjà à 5 points. «Franchement, je ne pouvais pas faire mieux. Avec Mourinho ou n’importe qui d’autre, ça aurait d’ailleurs été pareil.»

Au-delà des résultats négatifs, il a surtout été reproché à Chapuisat père un apparent manque sinon de psychologie du moins de doigté dans la gestion du groupe. «J’étais trop dur, trop professionnel, pas assez famille, paraît-il. La moindre de mes remarques, y compris les plus constructives, était perçue comme une violente critique. J’ai compris que je n’étais pas fait pour ce monde amateur.»

Sur le site Footvaud.ch, annonçant la mise à pied de Gabet, le président Daniel Rezzonico justifiait déjà ainsi sa décision: «Je ne reproche pas la dernière place à Gabet (...) Ce que j’ai moins aimé, c’est le côté toujours un peu critique négative à l’écart des joueurs. Après un match perdu, j’attends de lui qu’il corrige les joueurs sur le plan footballistique et pas qu’il les traite de pives à la buvette.»

Ne se laissant pas démonter, Gabet Chapuisat assume ses dires. «Alors que j’avais donné rendez-vous à mes gaillards le dimanche matin à 10h45 pour un repas en commun avant un match décisif, on s’est retrouvé à trois à l’heure dite. Les autres sont arrivés au compte-goutte, quand ça leur chantait. Je leur ai donc dit que c’étaient des touristes. Parce que leur comportement était celui de vrais touristes!»

Son ancien président n’a pas le même regard sur ses arrivées tardives. «Parler ainsi, rétorque-t-il, c’est donner une fausse image de la réalité car arriver 5-10 minutes en retard à une occasion spéciale pour manger les pâtes alors que l’on a une heure et demie pour les manger et que tout est préparé par le comité, ce n’est pas la fin du monde.»

Alors que le boss vaudois continue de prôner l’union sacrée dans le vestiaire afin de fédérer ceux qui l’habitent, son coach remercié demeure sceptique. «Seuls les résultats créent l’ambiance dans un vestiaire. Le reste, c’est du pipeau. Pour le BRP, le sauvetage passera par des fondues, des raclettes et des broches, tout ce qui est bon pour l’esprit d’équipe. Je demande à voir...», glisse Gabet. Avant de lancer une ultime pique. «Pour ce qui est des pétards, on est par contre en Ligue des champions, directement qualifié pour les poules en tant que tête de série!»

Pour le président Rezzonico, il est, explique-t-il, «inadmissible de faire passer le BRP pour des fumeurs de joints car de tels propos souillent l’image et la crédibilité du club. Il ne faut pas permettre à Gabet de diffamer le BRP. Au lieu de s’en prendre systématiquement toujours négativement aux autres, M. Chapuisat aurait mieux fait de féliciter ses joueurs quand des bonnes actions étaient réalisées. Ça peut motiver et favoriser les résultats!» (Le Matin)

Créé: 19.11.2015, 12h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.