Lundi 21 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:37

Football Joueurs du PSG, gare à vos chevilles!

Paris peut valider son titre de champion dimanche. Mais il devra éviter les «charrues» strasbourgeoises.

Neymar se tord de douleur. Ses coéquipiers en feront-ils de même, ce soir contre Strasbourg?

Neymar se tord de douleur. Ses coéquipiers en feront-ils de même, ce soir contre Strasbourg? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Paris Saint-Germain accueille Strasbourg ce dimanche soir au Parc des Princes (21h). Comme le dauphin lillois a concédé le nul (1-1) à Reims plus tôt dans la journée, les joueurs de Thomas Tuchel auront l’occasion, en cas de victoire, de valider le huitième titre de champion de France de l’histoire du club dès cette 30e ronde (record de 2016 égalé). Mais outre la routine, les stars du PSG auront un autre objectif à poursuivre: éviter les coups et blessures.

On dit ça parce qu’il existe des antécédents fâcheux entre Parisiens et Strasbourgeois. Non contents d’avoir été les premiers à faire chuter l’ogre la saison passée (victoire 2-1 le 2 décembre 2017), les Alsaciens s’étaient trouvés au cœur de la polémique, le 23 janvier dernier, à l’occasion d’un match de Coupe de France qui avait vu la qualification des Parisiens… et la blessure de Neymar. Accusés d’avoir joué trop dur, les Strasbourgeois avaient contre-attaqué en conférence de presse.

«Il veut s’amuser, on répond avec nos armes, avait lancé le milieu de terrain Anthony Gonçalves. On a un maillot à défendre, un public aussi, on n’est pas là pour rigoler. Neymar peut s’amuser, pas de souci, c’est son style. Mais qu’il ne vienne pas chouiner après s’il prend des coups.» Dans l’émotion liée à la blessure (hors contact) de la vedette brésilienne, ces propos avaient mal passé. D’autant que l’entraîneur Thierry Laurey en avait rajouté une couche: «Chacun joue avec ses moyens. Jouez contre Neymar et vous verrez si vous l’arrêtez. On n’a pas décidé de lui mettre des coups. Simplement, il y a des moments où tu es obligé de muscler ton jeu – ce n’est pas de la danse classique, quand même… »

Et le débat de faire rage entre les «pleureuses» parisiennes et les «bouchers» alsaciens. De l’eau a certes coulé sous les ponts depuis. Reste que les retrouvailles ne s’annoncent pas tout à fait neutres, ce soir au Parc des Princes. Et les joueurs de la capitale sont avertis: leurs valeureux adversaires ne leur feront aucun cadeau, titre de champion en jeu ou pas.

Créé: 07.04.2019, 17h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.