Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 11:32

Football Le FC Anniviers vit un calvaire

Après la disparition de leur terrain de foot, noyé après les crues de la Navizence, les joueurs sont en exil en attendant un nouvel outil de travail.

Image: FC Anniviers

Les hockeyeurs à Nendaz et à Sierre

Si les hockeyeurs du HC Anniviers ont été également contraint de s’exiler, ce n’est pas de la faute au débordement de la Navizence. Ou alors de manière indirecte. «Notre patinoire a plus de 20 ans et les tuyaux percent de partout. Le système de refroidissement est en bout de vie, explique Frédéric Pellat, président du club. Il était prévu de changer toute la surface de la glace avec une dalle en béton pour remplacer le remblai en 2019, mais avec les dépenses engendrées par les intempéries, on attend des nouvelles des autorités d’ici la fin de l’année. Il y a plusieurs projets à l’étude dont un avec le terrain de foot, mais le nerf de la guerre c'est l'argent...» En attendant, la première équipe (3e ligue) évolue provisoirement à Nendaz et la section juniors (école de hockey, bambini, piccolo, moskito et mini) a déménagé à Sierre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Quand le ciel se fâche, que Dame nature se déchaîne, les dégâts peuvent être considérables. Le terrain de Mission, les buts, les ballons, des piquets, le vestiaire: tout a disparu en une nuit. Tout, il ne restait plus rien, si ce n’est des souvenirs et beaucoup de tristesse.

Depuis les énormes crues de la Navizence, survenues le 3 juillet 2018, le FC Anniviers est en sursis. Mais dans la vallée on a du cœur, les voisins se sont tous donné la main pour que ces intempéries ne noient pas toutes les illusions du village. Le FC Erde et le FC Isérables ont récolté des fonds alors que le FC Sierre et le FC Chalais ont offert leur hospitalité. Un bel élan de solidarité qui a touché en plein cœur les amateurs de foot de cette région valaisanne.

Président du club, Christian Caloz en a passé des nuits blanches à repasser le film et refaire le chemin l’envers pour que la vie autour du ballon reprenne son cours normal. Comment permettre à la centaine de membres de poursuivre leur passion, tous ensemble, en attendant que tout revienne dans l’ordre?

«On ne va rien lâcher!»

Quatre mois plus tard, on arrive au terme du championnat d’automne et toutes les équipes ont pu finalement disputer leurs matches: la première équipe - qui évolue en cinquième ligue - ainsi que la formation féminine à Sierre alors que les juniors B ont été accueillis à Chalais. «Les tout petits de l’école de foot ainsi que les juniors E ont pu rester à Vissoie, vers le centre scolaire», précise Christian Caloz, qui a l’espoir que cette situation provisoire ne durera pas une éternité.

«On espère que la commune va réussir à trouver une autre solution au même endroit ou ailleurs dans le village, renchérit le président. On est conscient que si on doit agrandir l’espace du cours d’eau, il sera compliqué de rester à côté. Une étude a été confiée à un ingénieur pour satisfaire tout le monde mais dans la vallée il ne va pas être évident de dégoter des terrains plats. Maintenant, on n’a pas trop de choix, il faut que le projet se concrétise rapidement pour sauver le club et motiver nos joueurs. La commune est consciente qu’il faut faire vite pour trouver le financement et un endroit.»

A l’impossible nul n’est tenu? «On ne va rien lâcher!» s’exclame Christian Caloz. En attendant, le FC Anniviers va poursuivre son exil avec la bénédiction de voisins compatissants, qui n’ont fixé aucun délai à leurs hôtes. Le ciel peut attendre... (nxp)

Créé: 08.11.2018, 12h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.