Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 22:22

FOOTBALL Le ballon d'or 2012 est prêt

Messi, Iniesta et Ronaldo ont découvert vendredi le bijou qu'il pourront gagner début janvier. Le globe attend son vainqueur chez Mellerio, à Paris, "l’orfèvre des reines".

L'artisan Michel Garault travaille sur le ballon d'or, chez Mellerio, à Paris.

L'artisan Michel Garault travaille sur le ballon d'or, chez Mellerio, à Paris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le trophée du Ballon d’Or, qui consacre chaque année le meilleur footballeur du monde, attend son vainqueur au coeur du quartier de la haute joaillerie, place Vendôme à Paris, chez Mellerio, "l’orfèvre des reines".

Le prestigieux globe d’or, maintenu par un socle de pyrite, minéral moiré et sulfure de fer appelé autrefois "or des fous", sera achevé lorsque le nom du footballeur de l’année 2012 sera connu début janvier et scellé sur le trophée. Cette année, trois joueurs sont finalistes pour le Ballon d’Or, décerné par la Fédération internationale de football (Fifa) : l’Argentin Lionel Messi, l’Espagnol Andres Iniesta, tous deux joueurs de Barcelone, et le Portugais Cristiano Ronaldo (Real Madrid). Trois plaques portant leurs noms ont été ciselées en attendant le lauréat.

"Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est du niveau des Oscar (qui récompensent le cinéma mondial au Etats-Unis) mais ce n’est pas loin", plaisantait fin novembre le président de la Fifa, Joseph Blatter.

"Nous sommes très heureux d’être partie prenante de cet événement très prestigieux", commente laconiquement François Mellerio, patron avec son frère Olivier, de la célèbre maison de joaillerie créée en 1613 et qui fabrique d’autres récompenses sportives célèbres, comme la Coupe des Mousquetaires (Open de France de Tennis Roland-Garros).

Le Ballon d’Or Fifa existe depuis 2010. Il est né de la fusion de deux autres récompenses prestigieuses dans le football: le Ballon d’Or créé en 1956 et décerné par des journalistes sportifs français à un joueur européen, et le trophée Fifa du meilleur joueur mondial, décerné depuis 1991 par des entraîneurs et des capitaines d’équipe internationaux.

Depuis la création de Mellerio, l’une des plus anciennes maisons de joaillerie d’Europe, quatorze générations se sont transmis leur savoir-faire de père en fils. Premier joaillier à s’installer rue de la Paix en 1815, Mellerio n’est pas seulement un spécialiste des coupes sportives. Il a fabriqué des diadèmes pour des têtes royales - tel un modèle de 1910 en platine orné de perles et de diamants - mais aussi des ciboires, vase utilisé dans plusieurs liturgies chrétiennes.

Il compte parmi ses clients des académiciens, des hommes de lettre renommés et des familles royales et impériales de France, d’Europe, de Russie, d’Amérique Latine et d’Extrême Orient.

C’est Marie-Antoinette qui fut la première cliente royale de Mellerio. Le joaillier a conçu notamment pour elle un bracelet composé de sept camées et serti de rubis. Donné par la reine à l’une de ses confidentes, alors qu’elle était conduite à l’échafaud, il a traversé l’histoire, les révolutions, les guerres, et été lui aussi transmis de génération en génération. Il demeure aujourd’hui dans un coffre dont seuls quelques initiés détiennent le secret.

Créé: 21.12.2012, 21h45

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.