Samedi 15 décembre 2018 | Dernière mise à jour 00:05

Football Le jour où Alexandre Rey a fait un rêve

Il ne devait pas la jouer, cette finale de 1991. Il en est devenu l’inoubliable héros, avec David Orlando. Et dire que tout s’était joué la nuit précédente.

Minibio

Alexandre Rey, 44 ans, n’a remporté qu’une seule Coupe de Suisse avec le FC Sion. Mais c’est peut-être la plus belle et la plus folle de l’histoire (1991). Avec son pote de promotion David Orlando, il fut le héros sublime car parfaitement inattendu de la remontée contre Young Boys (de 0-2 à 3-2).

Parti dès 1994 sous d’autres horizons footballistiques (Bâle, Servette, Lucerne, Xamax), l’ex-avant-centre (5 buts en 18 sélections avec la Suisse) est aujourd’hui reconverti dans le marketing.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le cheveu est plus court et la silhouette un brin épaissie. Mais la dégaine reste la même. Alexandre Rey, quadragénaire dynamique reconverti dans le marketing, est bien le gamin qui s’était transformé en lutin diabolique avec son compère David Orlando, histoire de chiper la Coupe de Suisse aux Young Boys qui pensaient l’avoir déjà gagnée. Sur l’esplanade du Technopôle à Sierre, où il a son bureau, l’homme se souvient.

Sion est mené 2-0 à la mi-temps, en ce 20 mai 1991 au Wankdorf. Flash de vestiaire: «Les cadres de l’équipe étaient très énervés et juraient beaucoup, ils ne voulaient pas être les premiers à rentrer sans la Coupe», se rappelle Rey. Après, c’est comme dans un film. Quand Alvaro Lopez, touché, signale qu’il ne pourra pas reprendre le jeu, le regard de l’entraîneur Enzo Trossero croise celui d’Alexandre Rey. Ils se comprennent en un éclair, bingo.

«La charge de l'histoire»

Orlando, dont l’entrée était prévue, inscrit deux goals, dont le premier sur passe de Rey. Ce dernier marquera le 3-2 décisif à la 79e. «Je me souviens simplement que j’ai levé les bras et couru le plus vite possible, avant d’être rattrapé au poteau de corner, sourit-il. Je ne me rendais pas compte, à 18 ans, de la charge de l’histoire. C’est après qu’on prend conscience.»

Comme si le conte n’était pas assez dingue, les deux ados, qui partageaient leur chambre la veille de la finale, soutiennent avoir fait le même rêve prémonitoire cette nuit-là. C’était écrit: Sion allait revenir de l’enfer pour accéder au paradis. «Beaucoup parlent d’effets mystiques autour du FC Sion en finale, sourit Rey. Il faut croire qu’il y a de ça.»

(Le Matin)

Créé: 18.05.2017, 23h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.