Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 14:26

Football Sion: Constantin résilie les contrats de ses stars

Alors que neuf joueurs, dont le capitaine Kouassi, ont refusé le chômage technique qui leur était proposé, le boss de Tourbillon les a tous renvoyés séance tenante.

Pajtim Kasami (de dos) et Xavier Kouassi (de face) font partie des huit joueurs qui n'ont pas accepté le chômage technique.

Pajtim Kasami (de dos) et Xavier Kouassi (de face) font partie des huit joueurs qui n'ont pas accepté le chômage technique. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans tous les clubs de Swiss Football League (SFL), l’heure est à trouver des solutions pour limiter la casse économique qui pourrait elle-même entraîner des faillites déjà redoutées. Au moment où le SECO s’apprête à donner son feu vert pour les clubs, le recours au chômage technique représente un soutien non négligeable. Avec un plafond salarial garanti limité à 12'350 francs par mois.

Avec NE Xamax et Servette, qui ont entrepris les mêmes démarches en Suisse Romande, Sion a aussi activé la piste du chômage technique pour ses employés. Christian Constantin en avait informé ses joueurs en début de semaine, en leur demandant s’ils acceptaient une telle mesure.

«C'est tout sauf correct»

Neuf joueurs ont refusé la proposition qui leur avait été faite (qui impliquait vraisemblablement pour eux une considérable baisse de leur revenu) – à savoir Pajtim Kasami, Alex Song, Ermir Lenjani, Xavier Kouassi, Seydou Doumbia, Mickaël Facchinetti, Christian Zock, Birama Ndoye et Johan Djourou. Dans la foulée, ces neuf joueurs ont reçu leur congé immédiat par lettre («Résiliation de votre contrat de travail»).

Dans l’urgence, la demande des dirigeants valaisans prévoyait une réponse d’ici ce mercredi à midi. Pris de court, beaucoup n’ont manifestement pas eu le temps de se retourner vers leurs avocats. «Dans ce court laps de temps, il a été impossible de clarifier sérieusement la question. Et personne n'était disponible au club pour toute question. Ce que le FC Sion a fait là-bas est tout sauf correct», explique Costa Bonato, l'agent de Djourou, sur le site du «Blick». Plus concrètement, certains joueurs n'ont donc pas répondu. D'autres ont à l'inverse coché: «Je n'accepte pas la proposition.»

A la Porte d’Octodure, les contrats ont été résiliés le jour même, sans préavis, pour raison de forces majeures. Christian Constantin, lui, estime être dans son bon droit. «Le club est privé de tous ses revenus, explique-t-il. Il nous est interdit de leur offrir leur travail.»

A n'en pas douter, une nouvelle bataille juridique commence. En attendant, le FC Sion, amputé de ses stars, n’a plus d’équipe compétitive... au cas où le championnat devait reprendre à partir du 30 avril, ou même plus tard.

Confronté à un renvoi collectif sans doute unique dans l’histoire du football suisse, le syndicat suisse des joueurs (SAFP) a aussitôt protesté, estimant qu’une telle manière de procéder n’était nullement acceptable et que la pandémie de coronavirus ne justifiait en rien pareille pratique au niveau du droit des joueurs, liés, rappelons-le, par un contrat à durée limitée. «Nous espérons que ces licenciements abusifs seront immédiatement révoqués et qu'une discussion sur les alternatives possibles s'ouvrira», précise Lucien Valloni, président de la SAFP, dans la lettre de protestation qu'il a envoyée au FC Sion.

Nicolas Jacquier

Créé: 19.03.2020, 13h25

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.