Vendredi 19 avril 2019 | Dernière mise à jour 12:08

Football La Géorgie en route pour un nouveau miracle

Le sélectionneur slovaque Vladimir Weiss a déjà accompli de grandes performances avec des équipes pas du tout programmées pour gagner. Il vise la même chose avec la Géorgie.

Vladimir Weiss en conférence de presse vendredi 22 mars.

Vladimir Weiss en conférence de presse vendredi 22 mars. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Un orgasme footballistique». La première page du journal de boulevard le plus connu de Slovaquie est restée dans toutes les mémoires ce 25 juin 2010. La sélection avait pourtant bien mal débuté sa Coupe du monde sud-africaine, la première de sa jeune histoire, avec un match nul face à la Nouvelle-Zélande et une défaite contre le Paraguay. Alors que le dernier match contre l'Italie s'annonçait, les valises étaient déjà prêtes, les vols retour réservés. Et puis, les Slovaques se sont imposés 3-2 au terme d'un match sensationnel face à la Squadra Azzurra, faisant rêver tout un pays, indépendant depuis 1993 seulement. Le parcours s'est arrêté en 8es face au futur finaliste, les Pays-Bas. Le nom du sélectionneur cet été 2010? Vladimir Weiss, évidemment.

L'homme, aujourd'hui âgé de 54 ans, est un véritable symbole dans son pays. Il a ainsi marqué le premier but de l'histoire de la Slovaquie indépendante, en 1994, avant d'en devenir le sélectionneur à succès de 2008 à 2012. Avant cela, il avait réussi l'un des plus grands exploits de l'histoire de la Champions League en qualifiant l'Artmedia Bratislava et son budget minuscule pour la phase de poules de l'édition 2005-06, après avoir notamment atomisé le Celtic Glasgow 5-0 en tour préliminaire! Vladimir Weiss a construit cette année là le début de sa réputation, celle d'entraîneur capable de tirer le meilleur de joueurs au potentiel en apparence limités.

«On doit jouer le jeu géorgien»

Ce n'est ainsi pas du tout un hasard que la Géorgie ait fait appel à lui en 2016. L'homme parle russe et allemand et représente parfaitement l'archétype du sélectionneur roublard, qui sait exactement comment faire pour déstabiliser une équipe plus forte. La Géorgie compte énormément sur lui pour réaliser un miracle au moins aussi grand que ceux qu'il a déjà réalisés au cours de sa carrière: qualifier ce pays du Caucase pour la première phase finale de son histoire. Il a déjà fait un pas dans cette direction en remportant son groupe de Nations League, mais espérer terminer dans les deux premiers du groupe de qualifications comprenant la Suisse, l'Irlande, le Danemark et Gibraltar semble représenter une marche peut-être encore un peu trop haute pour l'instant.

«En Nations League, nous n'avons pas joué contre des équipes du niveau de la Suisse. On ne peut comparer le Kazakhstan, la Lettonie et Andorre avec la Suisse, soyons sérieux! Ce sera compliqué pour nous ce samedi, même s'il manque Seferovic, Shaqiri et Mehmedi. Vladimir Petkovic a fait appel à de nouveaux joueurs depuis la Coupe du monde, mais la Suisse reste une équipe très expérimentée», a souligné Vladimir Weiss vendredi en conférence de presse de veille de match.

Pessimiste, le coach? Le petit sourire en coin arrive vite: «Nous aussi, nous avons des problèmes de blessures. Giorgi Chakvetadze n'est pas là, mais nous sommes motivés à 100%. Nous aurons le soutien d'un nombreux public, mais ce n'est pas lui qui va nous aider à marquer. On va devoir être très bien organisés tactiquement, très disciplinés. Et techniquement, il faudra être fort. Si on est à fond, on aura nos chances.» Un peu plus tôt dans la semaine, Vladimir Petkovic avait parlé de la Géorgie comme d'une équipe mixant les styles russes et brésiliens. La comparaison a fait sourire le vieux renard Vladimir Weiss: «C'est un beau compliment. Mais on ne doit pas jouer à moitié comme la Russie et à moitié comme le Brésil. On doit jouer le jeu géorgien.» Ce qui veut dire? Le roublard sourit et n'en dit pas plus, conscient que c'est sur le terrain que son équipe devra apporter la réponse. S'il y a un sélectionneur capable de pousser ses hommes à créer un exploit en apparence impossible, c'est bien lui.

(nxp)

Créé: 22.03.2019, 13h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.