Dimanche 17 février 2019 | Dernière mise à jour 22:21

Matches truqués En Suisse, on peut tricher!

Le Tribunal pénal fédéral a décidé de ne pas condamner les trois joueurs prévenus d’escroquerie dans le cadre des manipulations de matches de football de Challenge League en 2009.

A la sortie du tribunal, David Blumer était évidemment heureux du verdict.

A la sortie du tribunal, David Blumer était évidemment heureux du verdict. Image: Massimo Pedrazzini

LES QUATRE VERDICTS

DAVID BLUMER
Acquitté. L’ex-attaquant du FC Thoune, ancien international M21, aujourd’hui à YF Juventus, recevra une indemnisation
de 16 500 francs. Il a toujours clamé son innocence. Il a été suspendu durant deux ans par l’ASF en mai 2010.

DARKO DAMJANOVIC
Acquitté. L’ancien gardien du FC Gossau a admis avoir eu connaissance des manipulations, mais a nié y avoir coopéré avec les manipulateurs. L’ASF l’a suspendu pour une durée indéterminée, soit à vie.

CHRISTIAN LEITE
Acquitté. Egalement ancien gardien du FC Gossau. A nié avoir participé à des manipulations. Il recevra une indemnisation de 26 000 francs. Il n’avait pas été suspendu par l’ASF en mai 2010 par manque de preuves.

MATE B.
Le jeune homme, domicilié à Köniz, voit son dossier repartir à Berne. Le jTPF demande à ce qu’il soit traité par voie ordinaire. Joueur de 3e ligue bernoise, il a officié en tant que recruteurs de joueurs. L’ASF l’a suspendu à vie.

ÉDITORIAL

Une terre d’asile pour les truqueurs

«Manipulateurs de compétition sportivede tous pays, venez en Suisse! Vous ne risquez rien.» Avec un poil de provocation, c’est le message qui peut être diffusé depuis hier dans le monde entier. A Bellinzone, le Tribunal pénal fédéral, en acquittant trois joueurs de football et un intermédiaire ayant participé à des manipulations de matches de Challenge League en 2009, a accentué la faiblesse de la Suisse face à la plus grande menace du sport moderne: le trucage en lien avec l’industrie des paris sportifs.

En l’absence du délit de fraude sportive dans le Code pénal, le Ministère public de la Confédération avait retenu l’infraction d’escroquerie et de complicité d’escroquerie contre les prévenus. Il a été débouté, sans l’ombre d’une hésitation.

Certes, une décision de justice ne se conteste pas. Néanmoins: l’affaire jugée hier était le volet suisse du scandale de Bochum, la plus grande enquête qui a révélé des tentatives de manipulations de plus de 200 matches de football en Europe. Dans cette histoire, le Tribunal allemand, avec un dossier quasi identique, a condamné les cerveaux de l’organisation et quelques hommes de main à plusieurs années de prison pour… escroquerie.

Il faut voir les choses en face:c’est un jour noir pour le sport helvétique. La Suisse affiche un vide juridique indigne. La police va désormais réfléchir à deux fois avant de lancer une nouvelle enquête. Et si l’on ajoute au tableau que les fédérations sportives, elles, ne disposent d’aucun moyen pour mener une instruction, le champ est libre. Un truqueur peut dorénavant agir en toute impunité. L’idée fait froid dans le dos.

Patrick Oberli, journaliste

Le juge aurait-il dû oser être plus ferme?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Le message est très négatif pour le sport suisse.» Olivier Thormann ne cachait pas sa déception, hier, sur le parvis du Tribunal pénal fédéral à Bellinzone. Quelques minutes plus tôt, le juge unique Walter Wüthrich avait rendu son verdict dans le procès des matches truqués, volet suisse du scandale de Bochum qui a mis en lumière la tentative de manipulation de plus de 270 matches de football en Europe. Et le procureur n’avait pas été épargné.

Les trois footballeurs, David Blumer (ex-FC Thoune, aujourd’hui à YF Juventus), Christian Leite et Darko Damjanovic (ex-FC Gossau) ont été acquittés. Le quatrième prévenu, Mate B., qui avait bénéficié d’une procédure simplifiée, voit son dossier repartir à Berne pour repartir dans une procédure ordinaire. Pour enfoncer le clou, le juge a également décidé d’indemniser deux des trois joueurs: Christian Leite recevra 26 000 francs, alors que 16 500 seront versés à David Blumer.

Le procureur Thormann déçu

Plus que la relaxe, c’est la signification de ce jugement qui a attisé la déception d’Olivier Thormann. Le procureur avait poursuivi les prévenus pour escroquerie et complicité d’escroquerie, potentiellement la seule «arme» de l’arsenal pénal suisse capable de réprimer les manipulations de matches couplées avec des paris sur Internet. Le juge a douché ce dernier espoir.

Désormais, en l’absence du délit de fraude sportive, la Suisse se réveille démunie face à cette gangrène du sport moderne, que toutes les fédérations jugent plus dangereuses que le dopage. «Nous voulons provoquer une jurisprudence positive, porteuse d’un message clair: qu’il est absolument interdit de manipuler le sport dans le but de faire des paris truqués, même si c’est à l’étranger, explique Olivier Thormann. Il est dommage que le TPF n’ait pas saisi cette opportunité.»

Une vue de l’esprit

Pour le juge, tout tient dans une histoire de machines. Pour être avérée, une escroquerie suppose qu’une personne physique soit trompée. Dans le cas présent, Walther Wüthrich a jugé que ce n’était pas le cas, car la plupart des paris ont été déposés par Internet ou par automates. Le magistrat a également regretté que les opérateurs de paris asiatiques – illégaux en Suisse – ne se soient pas manifestés pour évaluer leurs dommages. Une vue de l’esprit si l’on songe aux centaines de milliards de mises que brassent les géants asiatiques du secteur. Et une histoire de machines qui ne convainc pas vraiment Olivier Thormann: «Je pense qu’ici nous sommes en présence d’une escroquerie comme une autre, contre des assurances par exemple, qui sont aussi organisées avec des ordinateurs.»

Peut-être, mais le juge en a décidé autrement dans un verdict qui est aussi très différent de celui prononcé en 2011 par le Tribunal de Bochum. Pour mémoire, celui-ci avait retenu l’escroquerie pour condamner les cerveaux de l’organisation, Ante Sapina et Marijo Cvrtak, à 5 ans et demi de prison. Pourtant, rappelle Olivier Thormann, les dossiers étaient quasi similaires: «Nous avons pris leurs pièces, nous leur avons donné nos pièces. Le Tribunal allemand s’est satisfait de preuves qui apparemment n’ont pas suffi à convaincre notre tribunal. Ce sont les règles du jeu. Mais nous envisageons sérieusement la possibilité de faire appel.»

En attendant cet éventuel nouveau round juridique, l’info du jour est que la Suisse est devenue un «no man’s land» pénal face aux manipulations sportives. Avec quelles conséquences? La police suisse va-t-elle encore poursuivre de tels actes, sachant qu’aucune punition n’est possible? «Nous avons des enquêtes en cours et nous allons devoir vérifier de très près, si effectivement d’après le droit suisse et l’appréciation du tribunal, c’est punissable. Si nous devions arriver à la conclusion que ce n’est pas punissable et que le principe d’opportunité nous empêche de poursuivre, nous le ferons», regrette Olivier Thormann.

Une menace qui touche aussi pour les fédérations. Présent pour le verdict, Robert Breiter, responsable juridique de l’Association suisse de football (ASF), est direct: «Nous savons maintenant que le MPC ne fera plus rien avec ces cas-là. Nous devons envisager une autre voie: celle de l’introduction de la fraude sportive dans le Code pénal, comme la connaissent plusieurs pays. Je suis optimiste, car le Conseil fédéral semble vouloir aller dans cette direction.»

Un vide immense

En attendant, le vide est immense. Car les fédérations nationales, aussi bien qu’internationales, ne cessent de répéter que la lutte contre la gangrène des paris truqués passe par une collaboration serrée avec les polices nationales. Robert Breiter: «C’est vrai que nous avons besoin de la police pour mener les enquêtes. Ce ne sera plus le cas. On a un trou. Qui sera difficile à combler. Pour mémoire, neuf joueurs impliqués dans l’affaire de Bochum, dont trois des quatre prévenus, avaient été suspendus en mai 2010 par l’ASF sur la base des interrogatoires de police. C.Q.F.D. (Le Matin)

Créé: 14.11.2012, 05h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.