Mardi 20 août 2019 | Dernière mise à jour 19:39

Football Au Brésil, même l'ex-président emprisonné est journaliste

A quelques heures de l’entrée en lice de la «Seleção», les médias brésiliens décortiquent leurs futurs adversaires. Dont la Suisse, cet «étonnant assemblage de cultures différentes.»

Le groupe du Brésil est au coeur de toutes les attentions et fait couler beaucoup d'encre au pays.

Le groupe du Brésil est au coeur de toutes les attentions et fait couler beaucoup d'encre au pays. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Fantastico», le magazine d’informations dominical du géant de la télévision, Globo, a confié à l’un de ses espions – le journaliste Marcus Uchua – le soin de rechercher les points forts et les points faibles des trois adversaires du Brésil lors du premier tour de la Coupe du monde, soit la Suisse, le Costa Rica et la Serbie. Poupées russes aux couleurs différentes à l’appui, l’espion de Globo n’hésite pas: «Le Costa Rica sera notre pire adversaire.» Et la Suisse? Pas question de parler de notre équipe nationale sans évoquer la Serbie. Alors, l’équipe de télévision brésilienne s’est rendue à Mitrovica, plus précisément sur le fameux pont qui séparait le quartier sud – à domination albanaise – au quartier nord, serbe, à l’époque de la guerre du Kosovo: «Près de 300 000 Albanais du Kosovo sont partis pendant la guerre vers la Suisse, il y a une vingtaine d’années. Parmi ceux-ci, des enfants footballeurs qui ont apporté à un football connu pour sa bonne organisation et sa rigueur les qualités techniques qui sont dans l’ADN des joueurs des Balkans. Ajoutez autant de talent naturel à une base qui fonctionne comme une montre helvétique, vous avez la Suisse actuelle. Et vous comprendrez que si le Costa Rica sera notre pire adversaire, la Suisse pourrait bien être l’équipe la plus difficile à jouer.»

Le «Jornal do Brasil» a lui croisé le Bâlois Léo Lacroix, en vacances dans le pays d’origine de sa maman: «Mon nom figurait dans la pré-sélection, j’étais impatient d’affronter le pays de maman, mais c’est ainsi. Dieu sait pourquoi je n’ai pas été retenu. Maintenant, je dois continuer de travailler en vue de l’Euro 2020. Et si Flamengo a besoin de moi, pourquoi pas, ce serait un rêve de jouer dans le club de mon cœur.» A nos confrères, Léo Lacroix a encore rappelé quelque chose: «N’oubliez pas qu’en 2010, on a battu l’Espagne lors de notre premier match; et depuis cette date, notre football a énormément évolué.»

Plusieurs grands quotidiens, comme «O Povo», à Fortaleza (Nordeste) n’en reviennent toujours pas, à propos de la prestation de Gelson Fernandes en conférence de presse, jeudi: «La Coupe du monde a des choses que l’on ne peut rencontrer... qu’en Coupe du monde. Un même joueur qui répond en cinq langues différentes aux journalistes, c’est du jamais vu!»

Mais «la» nouvelle médiatique du jour nous provient d’une cellule de Curitiba, où se trouve l’ex-président Luis Inacio Lula Da Silva, condamné à 12 ans et un mois de prison pour corruption et blanchiment d’argent dans le cas de son triplex de Guarujá et qui s’est constitué prisonnier le 7 avril dernier. Fan de football, Lula interviendra régulièrement sur «TVT», la télévision des syndicats qui l’ont toujours soutenu et qui le soutiennent toujours, comme celui des ouvriers de la métallurgie de l’ABC paulisto, la banlieue industrielle de São Paulo. C’est le journaliste José Trajano, un ancien d’ESPN et animateur d’une émission à succès («Papo com Zé Trajano», soit «Causerie avec Jo Trajano» qui a eu l’idée: «Le président nous écrira ses impressions et ses analyses seront lues et montrées pendant notre programme, du lundi au vendredi, entre 18 h 15 et 19 h.» Précision d’importance: «Le président prisonnier a le privilège d’avoir un appareil de télévision dans sa propre cellule; elle s’y trouve depuis que sa prison a été décrétée. A l’époque, Lula avait déposé une demande en ce sens pour qu’il puisse suivre les matches des Corinthians, l’équipe de son cœur.»

Dernière chose, si vous êtes là-bas, c’est encore la presse du jour qui nous l’apprend: «Une entreprise distribuera dans des bars de São Paulo 50 000 préservatifs de 32 saveurs différentes, en hommage aux 32 nations participantes à la Coupe du monde. Goût de caïpirinha pour le Brésil, de champagne – bien sûr... – pour la France et de chocolat, pour les fans suisses!»

Créé: 15.06.2018, 18h09


Sondage

Selon vous, qui mérite de remporter le prix "The Best FIFA"











Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.