Jeudi 17 octobre 2019 | Dernière mise à jour 11:26

FC Sion Behrami: «Je ne suis pas ici pour faire du cinéma grâce à mon nom»

Très attendu, Valon Behrami a été officiellement présenté ce jeudi au siège du FC Sion, à Martigny. Le nouveau «guerrier» de Tourbillon n’entend rien changer au style qui le caractérise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

S’il n'affiche pas encore toute la maîtrise technique que Stéphane Henchoz aimerait lui imposer, le FC Sion possède déjà un art consommé de la mise en scène. En témoigne celle qui a prévalu ce jeudi pour la présentation officielle de Valon Behrami, sa nouvelle star. Afin de chauffer l’assistance composée d’une trentaine de représentants des médias (presse écrite, radio et TV), le club valaisan a d’abord envoyé au parloir Mattias Andersson, son prometteur défenseur suédois, ancien coéquipier d’entraînement de Cristiano Ronaldo à la Juventus. «Je suis ici pour trouver mon chemin. En arrivant, je redoutais un peu que tout le monde ne parle que français, a confié Andersson. Je suis soulagé que beaucoup s’expriment aussi en anglais ou en italien.»

Un quart d’heure plus tard, ce fut au tour de Mickaël Facchinetti, de retour d’une expérience chypriote qu’il a bouclée avec un titre de champion fêté avec APOEL Nicosie, de tromper l’impatience de la salle… «Quand on a été champion, on cherche des objectifs élevés. Sion possède un effectif pour jouer les premiers rôles», a notamment glissé le nouvel homme du couloir gauche. Avant de laisser la place - et la parole - à Valon Behrami, pas loin d’être attendu comme une rock-star. «Je suis content d’être ici, devait expliquer l’ancien capitaine de l’Udinese. Sur un terrain, je suis toujours à 100% de mes limites. C’est mon style, je ne vais pas en changer pour jouer différemment. Je vais donner ce que j’ai, on verra si c’est assez pour que le club change de dimension comme le souhaiterait son président.»

Le soutien de la famille Constantin

Si le nouveau «guerrier» de Tourbillon a choisi de poursuivre sa carrière en Valais, c’est aussi en raison des rapports privilégiés qu’il entretient depuis plusieurs années déjà avec la famille Constantin, et réciproquement. «C’était le bon moment pour travailler ensemble. Quand j’ai eu mon accident (ndlr: fracture du péroné le 2 avril contre le Milan AC), Barthélémy a ainsi été le premier à m’appeler, cela m'a touché. La famille Constantin m’a d’abord considéré comme un homme, sans penser au joueur que je suis. Elle a toujours été très proche. Aujourd’hui, je la remercie pour ce qu’elle a fait pour moi dans mes moments difficiles.»

Valon Behrami l’a plusieurs fois répété ce jeudi en début d’après-midi: à 34 ans, il n’est pas ici en préretraite, un terme qu’il abhorre. «Je me sens très jeune dans ma tête, reprend-il. J’ai l’énergie qu’il faut. Malgré toutes mes blessures, ce n’est pas mon corps qui, le moment venu, me dira d’arrêter, c’est ma tête. Or aujourd’hui, ma motivation est toujours intacte. Je ne suis pas ici pour faire du cinéma grâce à mon nom. J’ai ma carrière mais comme chaque fois dans un nouveau club, c’est comme si je repartais de zéro.»

«Je n’ai pas eu le respect que je méritais»

S’il doit encore rattraper son retard sur le plan physique après ses longs mois d’arrêt, Behrami sort d’une année riche de hauts (Coupe du monde en Russie, mariage avec Lara Gut) et de bas (son clash avec Vladimir Petkovic, ses blessures). «J’ai beaucoup appris de moi-même. Quand je parle, je veux pouvoir dire ce que je pense. Depuis quelques temps, je préfère observer et comprendre mon environnement avant de parler.» L’homme qui avait neutralisé Neymar à Rostov (1-1 contre le Brésil) a en revanche définitivement tourné la page de l’équipe de Suisse. Même si la déchirure reste perceptible dans ses propos. «Je n’ai plus jamais regardé un match de l’équipe nationale, je n’avais pas le temps. Avec ma génération, on a créé quelque chose, on a commencé un parcours même si à la fin, je n’ai pas eu le respect que je méritais…»

En Valais, Valon Behrami a entamé depuis 48 heures une course poursuite contre le temps. Afin d’être opérationnel pour les trois coups du championnat, le 19 juillet contre Bâle à Tourbillon.

Créé: 04.07.2019, 15h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.