Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Football Billy Gilmour, la naissance d’un magicien

Le gamin de Chelsea n’a joué que deux matches mais il a laissé bouche bée toute la Premier League. Une star semble née.

Porté par Ross Barkley, Billy Gilmour ressemble à une mascotte. Sur le terrain, il est déjà géant. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Billy Gilmour ressemble à un junior C surclassé, physique de moustique et coupe de cheveu façon pic-vert tombé du nid. Puis le match commence et il devient un géant. C’est ainsi que, mardi dernier, le gamin de Chelsea a estomaqué toute l’Angleterre en enfilant le costume de chef d’orchestre lors de la victoire des Blues en Cup face à Liverpool (2-0).

Sacré «homme du match», Billy Gilmour avait-il profité de l’insouciance qui porte parfois les débutants? L’Écossais a répondu magistralement par la négative, dimanche, en éclairant à nouveau la démonstration de Chelsea contre Everton (4-0).

Bilan chiffré de sa semaine: deux titularisations, deux victoires, deux trophées d’«homme du match». Pas mal pour un freluquet qui n’avait jusque-là que neuf minutes de Premier League dans les crampons. Mais pas grand-chose par rapport à l’hommage reçu dimanche de la part d’un homme d’habitude si avare en compliments: l’inénarrable Roy Keane.

«J’étais assis tranquillement chez moi, mardi, à boire une tasse de thé avec des chocolats. Je n’avais même pas mis le son de la télévision, a expliqué l’ancien vigile de Manchester United depuis sa chaise de pundit pour «Sky». Le match a débuté et je me suis littéralement levé de mon fauteuil. Mais qui est ce gamin? Il est fantastique.»

Et Roy Keane d’énumérer ensuite tout ce qu’il lui a plu chez celui qui avoue «s’être beaucoup inspiré de Cesc Fabregas». «Il a la technique, l’intelligence tactique, le calme. En fait, il a tout. Je n’avais pas vu une performance pareille depuis longtemps. Après son début tonitruant, je l’ai scruté pendant 90 minutes. Tout ce qu’il a fait était juste. J’avais sous les yeux un joueur de classe mondiale.»

Cinq jours plus tard, Frank Lampard a bien cherché, après la fessée infligée à Everton, à ne pas trop encenser sa nouvelle pépite. Mais le manager des Blues peinait à cacher sa stupéfaction au micro de Chelsea TV. «Aujourd’hui, j’ai d’abord aligné Billy en sentinelle et il a été brillant. Puis il est monté d’un cran, en piston. Et d’un coup, je le retrouvais presque tout le temps dans les seize mètres adverses pour finir les actions. Son intelligence de jeu est formidable.»

Alors bien sûr, Billy Gilmour a encore tout à prouver. «La suite va être compliquée car il a placé ses standards très très haut», résume Roy Keane. Mais avec Lampard sur le banc. Fabregas comme exemple et Jorginho en voisin d’entraînement quotidien, le gamin d’Irvine a tout pour devenir la star que le football écossais attend depuis très longtemps. On parie?

Mathieu Aeschmann

Créé: 10.03.2020, 16h09

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.