Mardi 7 juillet 2020 | Dernière mise à jour 13:54

Football Chadrac Akolo seul face à son destin

Neuf mois après son départ de Sion pour Stuttgart, l’attaquant de 22 ans joue un peu moins qu’au début, mais garde confiance en ses capacités. Rencontre après un match de Bundesliga.

Chadrac Akolo évolue depuis neuf mois avec le VfB Stuttgart.

Chadrac Akolo évolue depuis neuf mois avec le VfB Stuttgart. Image: Sebastien Anex

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout au bout de la zone mixte où se côtoient journalistes et footballeurs, Chadrac Akolo s’exprime tranquillement, juste avant de monter dans le bus qui va le ramener à Stuttgart avec ses coéquipiers. L’attaquant vient de jouer trente minutes lors de la victoire des siens (2-1) face à Freiburg, dans un derby passionnant à suivre sur le terrain et enflammé en tribunes. Bien sûr, le Congolais aimerait jouer plus, mais, fidèle à son caractère, il refuse de revendiquer quoi que ce soit. L’homme sait d’où il vient, le footballeur a encore des paliers à franchir.

Il découvre la langue allemande

«Je m’adapte gentiment à l’Allemagne», commence-t-il par dire. Neuf mois après avoir quitté Sion, ce jeune homme introverti mais sûr de lui, expérimente pour la première fois un nouveau championnat. Et découvre une langue qu’il ne maîtrise pas. «Je n’ai pas eu la chance d’apprendre l’allemand à l’école, mais je progresse, je me débrouille de mieux en mieux», glisse-t-il dans un sourire. Arrivé à Bex (VD) avec un statut de réfugié alors qu’il était adolescent, il avait d’autres priorités que répéter son «Wortschatz», mais cela ne l’empêche pas de tracer son chemin, qui doit l’emmener le plus haut possible. Son départ du Valais a été une déchirure, d’autant plus qu’il a changé de statut d’un coup, passant de celui d’espoir confirmé à celui de recrue onéreuse. Son transfert, estimé à sept millions de francs suisses, ainsi que son bon début de championnat (quatre titularisations, deux buts), ont fait naître quelques espoirs bien légitimes. Depuis, son temps de jeu a diminué, mais sans inquiéter l’attaquant: «J’ai évidemment envie de jouer plus, mais j’ai un bon contact avec le coach. J’ai déjà connu cette situation à Sion, je l’ai retournée en jouant de plus en plus, je reste calme.» Son environnement a cependant changé du tout au tout. Fini les sorties avec les copains et les matches de foot du FC Bex le dimanche. À Stuttgart, Chadrac Akolo n’a personne sur qui s’appuyer pour échanger au quotidien ou simplement pour échanger les idées. «J’ai un traducteur qui m’aide. Mais sinon, je suis tout seul.» Dans la vie, pas dans l’équipe. «Ah ça, non. Je m’entends vraiment bien avec Orel et Benjamin», poursuit-il. Orel, c’est Orel Mangala (20 ans), milieu de terrain belge et congolais. Benjamin Pavard est, quant à lui, la dernière trouvaille de Didier Deschamps. Néointernational français, ce défenseur de 22 ans est un futur crack, à en croire Chadrac Akolo: «C’est sûr. C’est un phénomène, vous pouvez me croire. Une grande carrière l’attend.»

«Sion va se sauver»

Akolo, lui, trace sa route, gentiment. Il a déjà franchi une étape en quittant Sion et le Valais lui manque, forcément. «Je n’ai encore pas pu aller voir un match, mais j’ai très envie de le faire. Je n’ai pas coupé les ponts, de loin pas. Je continue à suivre les résultats et je suis persuadé que Sion va se sauver. Vous savez, c’est mon club et il le restera toujours.» Les contacts sont donc réguliers, y compris avec Christian Constantin. «Je suis allé manger avec lui cet hiver en Valais. C’est le président, c’est tout. On a le même rapport qu’au début, on a rigolé comme d’habitude», se marre Akolo, qui regarde donc encore un peu en arrière depuis le début de son aventure à Kinshasa et son intégration en Suisse, mais qui porte surtout son regard vers l’avant. Il a encore une route à tracer, un destin à suivre.


Le VfB Stuttgart dans les dix meilleures affluences d’Europe

Néo-promu en Bundesliga, le Vfb Stuttgart (9e) réalise un championnat très satisfaisant, plus près des places européennes (8 points) que de la zone de relégation (11 points). Surtout, la «Traditionsverein» souabe (cinq fois champion d’Allemagne) dispose d’un véritable élan populaire puisque Stuttgart est le quatrième club de Bundesliga en termes d’affluence, derrière le Borussia Dortmund, le Bayern Munich et Schalke 04. Avec 55 375 spectateurs de moyenne, Stuttgart se classe même dans le top 10 européen! Une belle ferveur, que Chadrac Akolo retrouve en sélection congolaise. Il s’est en effet rendu récemment au stage printanier des Léopards et a joué contre la Tanzanie, remplaçant Yannick Bolasie (Everton) en cours de match.

Créé: 11.04.2018, 17h13

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.