Mardi 7 juillet 2020 | Dernière mise à jour 11:12

Commentaire: Chiasso résiste encore et toujours à l’envie de marquer des points

Lanterne rouge de Challenge League, désormais ridicule aussi sur le papier, une petite ville tessinoise est la négation absolue du jeu de ballon.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis la reprise de la deuxième division helvétique, à la suite de la crise du nouveau coronavirus, toute la Suisse du football est occupée par les enjeux divers et variés de la Swiss Football League. Qui sera champion? Européen? Qui va descendre en Challenge League? Qui va grimper dans l’élite ou jouer les barrages? Quand va se faire virer le coach de Sion?

Toute la Suisse est occupée? Non! Une équipe tessinoise résiste encore et toujours à l’envie de marquer des points.

Dernier depuis le 25 août et hors de danger

Ok, ok, les «Chiassesi» ne sont pas les seuls à vivre une fin de saison sans le moindre suspense, ni de pression au niveau du classement. Derrière le quatuor Lausanne, GC, Vaduz et Kriens qui joue la promotion, six équipes (Stade Lausanne, Wil, Aarau, Winterthour, Schaffhouse et Chiasso, donc) ne rentrent sur le pré que pour «la gloire», ne pas être ridicule ou d’autres buts plus ou moins avouables. Si le SLO semble jouer le jeu et se battre, certains autres pas vraiment. Pour rester poli.

Le pire dans le lot est forcément le FC Chiasso. Lanterne rouge depuis la 5e journée de son championnat, le club du Stadio Comunale Riva IV n’a jamais été classé mieux que neuvième cette saison. Depuis la reprise, il a enchaîné trois défaites selon un scénario bien établi. Les Tessinois ont aussi produit un des moments les plus grotesques du rocambolesque exercice 2019/2020 du football mondial, lors de la défaite 2-1 à Nyon, face au Stade Lausanne-Ouchy il y a quelques jours. Un but qui a fait grincer pas mal de dents...

En plus de ce(s) fait(s) de jeu étonnant(s), le coach Alessandro Lupi va devoir se montrer inventif pour réussir à simplement aligner un XI crédible dans les dix matches qu’il reste à jouer. Le «Mister» local a vu son effectif fondre comme glaçon de Spritz au soleil, en ce 30 juin.

En fin de bail, Rossini, Pollero, le capitaine Martignoni, Berzati, Doldur, Malinowski, Iberdemaj et Aquaro n’ont pas vu leurs contrats être prolongés, nous informe «ilmiochiasso.ch». Ils ne sont que trois - Aliu, Antunes et Wolf, prêtés respectivement par Zurich, Servette et Lucerne - à avoir paraphé un bail jusqu’au terme de l’exercice en cours. Pas sûr, en passant, que les Tessinois paient une grande partie de leur salaire... Comme ceux de juniors de moins de 17 ans engagés à la hâte.

La compétition est faussée

Le pire? C’est qu’on ne peut pas reprocher grand-chose (de ce côté-là) au Football Club Chiasso. Il ne fait que profiter des règles de la Swiss Football League, trop pressée et heureuse de finir cette saison et engranger les droits TV qui vont avec. La formation du Sud du canton n’a fait que jouer avec des règlements qui offrent aux clubs de l’antichambre de l’élite le même poids que les éléphants de la Super League. Les droits TV sont si élevés en Challenge League (souvent près d’un tiers du budget), qu’il est aisé de les encaisser tout en bradant le volet sportif, surtout quand il n'y a plus le moindre risque sportif.

Du coup, la compétition s’en retrouve faussée. Le Lausanne-Sport, pas au mieux actuellement, aura beau jeu d’engranger des points «faciles» contre les équipes de bas de classement qui ne joueront plus le rôle d’«arbitres» dans la course à la promotion comme ils devraient le faire. Grasshopper et Vaduz apprécieront. Pendant ce temps-là, Yverdon, qui a investi aussi bien sur le plan sportif que dans son stade pour tenter de remplacer Chiasso en ChL, est contraint de regarder cette mascarade depuis la plage, sa saison ayant été stoppée par l’ASF.

Ubuesque? Oui. Ridicule? Certainement. Mais presque tout le monde, parmi les pontes du football suisse, a l’air de trouver ça normal.

Robin Carrel

Créé: 30.06.2020, 16h18

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.