Lundi 6 juillet 2020 | Dernière mise à jour 02:24

Football «Constantin s’intéresse juste à son porte-monnaie»

Président du syndicat des joueurs (SAFP), Lucien Valloni exprime sa colère suite à la décision de Christian Constantin de licencier 9 joueurs du FC Sion.

Lucien Valloni (à gauche) est le président du syndicat des joueurs.

Lucien Valloni (à gauche) est le président du syndicat des joueurs. Image: Tatiana Scolari/Keystone

Constantin se défend

Dans le viseur du syndicat des joueurs, le patron de Tourbillon a adressé un courriel à Lucien Valloni pour justifier sa position. Le «Blick» en a révélé des extraits: «Nous sommes en guerre. Pas n’importe quelle guerre, une guerre sanitaire. Et vous? Vous conseillez à des joueurs de refuser le chômage partiel afin de les préserver d’une résiliation de contrat en raison de justes motifs et d’un cas de force majeure. Je crois, Maître Valloni, que vous vivez en dehors de la réalité actuelle.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce qu’il y a de «bien» avec Christian Constantin, c’est que c’est systématiquement fracassant, mais toujours inattendu. Ce jeudi, le président du FC Sion a résilié avec effet immédiat le contrat de 9 joueurs. Et pas des moindres: Pajtim Kasami, Alex Song, Ermir Lenjani, Xavier Kouassi, Seydou Doumbia, Mickaël Facchinetti, Christian Zock, Birama Ndoye et Johan Djourou.

«CC» leur reproche de ne pas avoir accepté sa proposition de placer l’ensemble des employés du club au chômage technique. «Le club est privé de tous ses revenus. Il nous est interdit de leur offrir leur travail», justifie-t-il. Joint par téléphone, Lucien Valloni défend la position des acteurs du jeu. Le président de l’Association suisse des joueurs de football (SAFP) accable l’acte de Christian Constantin mais reste ouvert à la négociation.

Quelle a été votre première réaction suite à ce licenciement d’envergure?

On n’est pas du tout d’accord avec ce qu’il s’est passé. C’est clairement un manque de respect. Monsieur Constantin ne respecte pas la loi, ne respecte pas les contrats, ne respecte pas les personnes. C’est incroyable, absurde. C’est un comportement irresponsable. À part le fait que le club ne veuille pas payer ses joueurs, il n’y a aucune explication. On sait qu’il y a des problèmes de liquidités pour les clubs. Mais on doit trouver une solution intelligente, ensemble, pas de cette manière. Sion n’a pas de problèmes financiers. Christian Constantin est millionnaire, où est le souci? Il s’intéresse juste à son porte-monnaie!

Dans cette affaire, les joueurs licenciés cristallisent beaucoup de critiques car leur refus d’être placés au chômage technique est assimilé à de l’égoïsme. Que répondez-vous à cela?

Que les choses soient claires: on se rend bien compte que la situation actuelle impose des efforts, et nous sommes donc prêts à ce que les joueurs renoncent à une partie de leur salaire, mais on ne veut pas qu’ils s’assoient sur la totalité. Il s’agit d’un licenciement abusif car les contrats à durée déterminée n’autorisent pas de chômage technique. Et le cas de force majeur ne fonctionne pas car il existe encore la possibilité que le championnat aille à son terme.

Le «Blick» révèle ce vendredi des extraits de la lettre adressée à vous par Christian Constantin (voir encadré). Pouvez-vous nous en dire plus sur vos échanges?

Il m’a dit qu’initialement, il voulait licencier tous ses joueurs. Mais il s’est arrêté à 9, les plus marquants, car à partir de 10 cela aurait été considéré comme un licenciement de masse. Ce qui aurait impliqué un plan social et entraîné une situation bien plus complexe. Sportivement, sa décision est un non-sens. Son équipe n’a que 4 points d’avance sur la relégation, elle va tout droit en Challenge League. Mais il part du principe que la saison ne reprendra pas. Il m’a dit qu’il était ouvert à la discussion. Je lui ai proposé qu’on se rencontre mais il ne m’a pas encore répondu.

Vous sous-entendez que Christian Constantin pourrait revenir en arrière?

Il a la possibilité de retirer ses licenciements, mais ça ne suffit pas. Encore faut-il que les joueurs acceptent.

Les joueurs, justement. Avez-vous pu échanger avec eux?

Oui. Ils sont solidaires, c’est le plus important. Ils sont vraiment fâchés, détruits. Ils ont tout donné pour le FC Sion et voilà ce qu’ils reçoivent… On pouvait imaginer beaucoup de choses de la part de Monsieur Constantin mais, cela, non.

La fracture entre eux et Christian Constantin est-elle irréversible?

Cela dépend de chaque joueur. Si on trouve une solution qui convient à tout le monde, ce n’est pas impossible qu’ils acceptent de rester.

Qu’avez-vous prévu de faire désormais?

On doit lutter pour les joueurs. La possibilité de faire des litiges existe. Mais nous n’en sommes pas encore là. Tout d’abord, on va tâcher de trouver un compromis. Tout conflit a une solution. Cela ne fait que commencer.

Ce bras de fer relance vigoureusement le débat concernant le meilleur compromis entre les clubs et leurs salariés. Quelle(s) solution(s) prônez-vous au syndicat des joueurs?

On est prêt à écouter les clubs, à faire preuve de souplesse. On peut négocier une réduction temporaire des salaires, où les joueurs seraient compensés une fois cette période terminée, lorsque les clubs se seront relevés. Pour ceux dont le contrat se termine fin juin, il est légalement possible qu’ils soient payés après la date butoir.

Propos recueillis par Brice Cheneval

Créé: 20.03.2020, 19h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.