Mardi 25 septembre 2018 | Dernière mise à jour 12:19

Football La Croatie, force supérieure

Admirables Croates! Menés, ils sont allés chercher la finale avec cœur, talent et caractère.

Quel match de l’ailier gauche croate Ivan Perisic.

Quel match de l’ailier gauche croate Ivan Perisic.

Première croate



Indépendante depuis le début des années 1990, la Croatie a terminé troisième de la Coupe du monde 98 en France mais n’avait jamais atteint la finale d’un grand tournoi. Ce sera le cas dimanche dans ce même fantastique stade de Loujniki.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Croatie, ce pays d’à peine plus de quatre millions d’habitants, donne la leçon à la planète entière.

Bien sûr, il y a des footballeurs exceptionnels dans cette équipe, à l’image de Luka Modric. Pour la première fois depuis dix ans, le Ballon d’Or devrait échapper à Lionel Messi ou Cristiano Ronaldo, et le génial meneur de jeu croate est le grand favori pour le remporter. Mais il n’est pas l’heure de parler des récompenses individuelles. Pas encore. Car l’exploit réussi par les Croates hier soir à Loujniki et partout ailleurs en Russie depuis le début du tournoi est d’abord collectif.

Dans ce stade qui a vu passer tellement de champions et d’équipes de rêve, la Croatie figure désormais en bonne place. Car ce que Modric et ses coéquipiers ont montré hier face à l’Angleterre mérite toute l’attention de la planète football. Menés au score dès la 5e minute, dominés, malmenés, les Croates s’en sont sortis avec caractère. Ils n’ont pas accepté leur destin et sont allés chercher la première finale de l’histoire de leur jeune pays grâce à une réaction monumentale. Les Anglais ont tenté de résister, portés par leur état d’esprit lui aussi remarquable et leurs bruyants supporters (plus de 10’000 Anglais hier à Moscou), mais les Croates ont fait parler leur supériorité technique (Modric, encore…) et sont passés devant en toute logique.

Il ne faut pas occulter le beau parcours de cette équipe anglaise, surtout pas. Gareth Southgate a formé un vrai collectif, loin des querelles de clubs de jadis où les joueurs de Liverpool, de Manchester et des clubs londoniens n’arrivaient pas à créer une unité une fois réunis sous le même maillot. Les Anglais ont fait honneur à leurs fans et à leur reine durant ce tournoi, mais la Croatie est habitée par quelque chose d’encore plus fort. Et vu qu’elle est plus à l’aise avec le ballon, les Anglais n’ont pu que s’incliner.

Dimanche, la finale promet beaucoup entre des Français qui hésiteront sans doute quant à la tactique à appliquer. Didier Deschamps va-t-il essayer d’aller harceler une défense croate qui n’est pas infranchissable? Ce n’est pas ce que les Bleus ont montré depuis le début du tournoi, mais il serait étonnant, tout de même, que la France ne fasse que contrer les Croates dans une finale de Coupe du monde. L’attente commence. Elle sera belle. À la hauteur de l’affiche.


La revanche

Les Croates s’en rappellent

La France et la Croatie vont se retrouver vingt ans après leur demi-finale de 1998. Ce jour-là, les Bleus l’avaient emporté 2-1 grâce à un doublé improbable de leur latéral droit Lilian Thuram. Les supporters croates en gardent un souvenir très amer, car les Français avaient été loin d’être la meilleure équipe lors de cette rencontre…


Le top

Ivan Perisic

Quel match de l’ailier gauche croate! Il a cavalé pendant 120 minutes son côté, a marqué le 1-1 en devançant Kyle Walker, frappé sur le poteau quatre minutes plus tard et offert le but de la victoire à son coéquipier Mario Mandzukic. Fort.


Le flop

Harry Kane

Est-ce vraiment lui le leader de cette équipe? Le capitaine et avant-centre anglais a été transparent hier à Moscou, passant à côté de son match, que ce soit sur le plan technique ou celui de l’attitude. Dommage, c’était un soir à se montrer grand. Il ne l’a pas été.


Le chiffre

2 séries

La Croatie n’est que la deuxième équipe de l’histoire de la Coupe du monde à avoir disputé trois prolongations de suite. La première? L’Angleterre en 1990.


L'avantage

Les Français seront frais

Il y a pile deux ans, lors de l’Euro 2016, Didier Deschamps s’était plaint d’avoir eu un jour de récupération en moins que le Portugal, finalement vainqueur en prolongations. Cette fois, le sélectionneur français ne pourra pas couiner: les Croates ont joué un jour après les Français et surtout, ils sortent de trois prolongations consécutives! La fraîcheur, c’est sûr, sera du côté des Bleus dimanche à Loujniki pour la grande finale. (Le Matin)

Créé: 11.07.2018, 23h17

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.