Mardi 2 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:59

Football Débat: la Suisse peut-elle gagner un premier titre?

Avec la Ligue des Nations, il est possible de marquer l’histoire assez rapidement. La Suisse peut-elle le faire? On en débat.

Cette équipe de Suisse est-elle capable de gagner un premier titre?

Cette équipe de Suisse est-elle capable de gagner un premier titre? Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’UEFA a inventé une nouvelle compétition, qui commence gentiment à convaincre le microcosme du football. Exit la litanie de matches amicaux sans enjeu, place à un tournoi que les gros ne vont pas forcément viser à tout prix, surtout si ça ampute des vacances à leurs stars au mois de juin prochain, lors du tour final. La Suisse peut-elle en profiter pour placer un premier trophée chez les A dans sa vitrine? Les avis sont partagés...


Robin Carrel: Oui, cette génération peut marquer l’histoire

Traditionnellement, aux Jeux olympiques, les Suisses sont forts lors des nouvelles compétitions. Et pourquoi ne transposeraient-ils pas ça au football? Avec le nouvel équilibre de cette Nati, portée par Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri, deux joueurs de classe, les mentalités évoluent. La Suisse n’est potentiellement qu’à 270 minutes de la victoire en Ligue des Nations, finalement… On l’a vu contre le Brésil ou plus récemment la Belgique, les Helvètes ne baissent plus les yeux contre les meilleurs sélections de la planète et n’hésitent pas non plus à jouer. Ils ont même pris la bonne habitude de gagner contre les petits, sans trembler plus que de raison.

La volonté de Vladimir Petkovic de sans cesse faire vivre le ballon depuis les bases arrières et de s’assurer de quelques longues périodes de conservation doit permettre à ses joueurs de mettre en danger des équipes présumées supérieures tout en les privant du cuir. Le ballon est toujours mieux dans vos pieds que dans ceux des stars adverses, c’est une des plus grandes évidences de ce jeu. La Suisse a réussi à le faire presque parfaitement à Bruxelles et est passée à un cheveu de l’exploit. Une fois, ça va forcément passer. Et pourquoi pas en novembre, déjà, contre les Diables Rouges - qu’il «suffira» de battre 1-0 - et ensuite, au printemps prochain contre, au hasard, la France en demi-finale, puis l’Espagne ou l’Angleterre pour le titre? Les stars des plus grandes nations du jeu n’auront que faire de cette nouvelle compétition et auront les têtes aux vacances. La Suisse, elle, aura une occasion unique de gagner un titre majeur et sera surmotivée. Jamais, depuis 1954 et l’élimination en quart de finale par l’Autriche de la Coupe du monde disputée au pays, une sélection helvétique n’avait été aussi proche de brandir un trophée!

En espérant qu’elle mette autant de coeur à l’ouvrage en cas de qualification pour le tour final, que moi à l’heure de défendre cet avis un peu ambitieux. Parce qu’essayer de trouver des arguments pour une victoire finale de la Nati en Ligue des Nations était aussi difficile que de gagner un duel de la tête pour Mario Gavranovic, lundi soir à Reykjavik contre l’Islande.


Tim Guillemin: Absolument pas, non

Comment imaginer la Suisse capable de battre la Belgique, d'abord, puis de remporter un «final four» avec, disons, la France, le Portugal et l'Espagne? Franchement, on ne voit pas. Ecartons d'emblée l'hypothèse de grandes nations qui prendraient ce rendez-vous avec suffisance. Si ces pays se qualifient pour la phase finale de la Ligue des Nations, ils aligneront leur meilleure équipe, même si ce tournoi à quatre aura lieu au mois de juin, après une saison éreintante. Et même, le réservoir de joueurs est tellement grand dans ces pays que quelques absences ne leur feront quasiment aucun tort.

Ensuite, la Suisse peine encore et toujours à renverser des «gros». Donc trois de suite, on avoue qu'on doute un peu. Sincèrement, il est possible de battre les Belges 1-0 en novembre, mais ce sera extrêmement compliqué quand même. Beaucoup de choses peuvent se passer en un mois des deux côtés, mais ce serait un immense exploit pour la Suisse de vaincre les Diables Rouges. Pour l'instant, à chaque fois qu'elle a eu l'occasion d'y arriver, elle s'est plantée. Arracher un match nul, oui, elle l'a prouvé. Gagner, non. Pas encore. Alors, on attend de voir. Surtout qu'après, on le redit, il faudrait se taper la France, le Portugal ou l'Espagne...

Ensuite, cette équipe a des certitudes, d'accord, mais elle est aussi en plein changement générationnel. Elle a besoin de grandir encore. Granit Xhaka est devenu un leader respectable, mais seulement depuis deux mois, et son influence doit encore grandir, tout en restant positive. Les équilibres sont en train de changer dans cette équipe de Suisse, mais il reste du chemin à parcourir.

En fait, la seule chance que la Nati possède de gagner la Ligue des Nations serait d'éliminer la Belgique à la régulière, puis de «bétonner» lors de la demi-finale et la finale en juin 2019. Mais ce n'est pas son style de jeu, Vladimir Petkovic s'y refuse et, de toute façon, une telle tactique ne garantirait rien à court terme, tout en étant contre-productive sur le long terme. Que la Suisse continue à grandir et à progresser, qu'elle se qualifie pour l'Euro 2020 et qu'elle y atteigne les quarts de finale, en faisant jeu égal avec les grandes nations. De cela, on la croit capable.

Créé: 17.10.2018, 10h19

Les chroniqueurs du Matin Dimanche

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.